Expert Planète

Jacques Sintès

1936 -

Volcanologue

Classé sous :Volcanologie
Grâce à Marie-Odile MONCHICOURT et le Bar des Sciences, j'ai découvert Futura-Sciences. En quelques semaines, ce n'était plus pour moi un portail scientifique, c'était devenu un partenaire, un compagnon, un puits de science ou je vais puiser et assouvir ma soif de connaissance, découvrir le monde et tous les êtres extraordinaires qui se dévouent pour la planète miracle, notre TERRE. Jacques Sintès Janvier 2003
Jacques Sintès, Volcanologue

Biographie

Ecrire ma biographie apparaissait, pour moi homme de défi, comme une tâche insurmontable. Or, à ma grande surprise, je me suis rendu compte que ma vie pouvait se résumer en un seul mot « PASSION ».Je viens de réaliser que toute ma vie n'a été faite que de passion et du désir de la faire partager.

Né en Algérie en 1936, très jeune, j'ai découvert l'appel du désert et l'attirance pour ces peuplades exceptionnelles : touaregs, chameliers ...J' y passais toutes mes vacances scolaires.
Vers 12 ans, découverte du sport (hand-ball) et la vie associative, le goût de l'effort, de l'amitié, de la compétition. A 17 ans, je créais mon propre club. En 1962, à mon arrivée en métropole, j'ai participé à la création d'un club de hand-ball ; ma vie aura tourné - durant plus de 40 ans - autour de cette passion, comme entraîneur-joueur. Je me suis retiré de la compétition à 54 ans (les dernières saisons, avec mon fils comme équipier) !!!

Le sport, à cette époque, n'étant pas aussi lucratif qu'aujourd'hui, j'ai pu, parallèlement, vivre une autre aventure avec la découverte du monde de l'automobile, les contacts humains, la vitesse (dépassée à présent).

La vie ayant sans doute voulu encore me gâter, il y a près de 15 ans, j'ai été envoûté par les sciences de la terre et, en particulier, le volcanisme. Rien, dans ma formation, ne me destinait à une orientation scientifique (j'étais plutôt littéraire et artistique).

Mon premier déclic je le dois à un couple exceptionnel : Maurice et Katia KRAFFT. Puis j'ai eu la chance d'être adopté, formé, conseillé par des scientifiques incontournables, en particulier Guy KIEFFER et Jacques-Marie BARDINTZEF, tous deux docteurs d'état en volcanologie.

L'envie de comprendre les sciences de la terre devint alors presque de la boulimie :
- membre d'un club de géologie à Colombes (A.G.A.C.) ;
- membre du conseil d'administration du Club d'Information Scientifique de France-Télécom (astronomie/astrophysique)
- sociétaire du Palais de la Découverte et de la Cité des Sciences ;
- cours au Collège de France.

Enfin, en 2001, avec un ami « volcanologue » et mon épouse (qui partage ma vie et me seconde depuis 44 ans) nous avons créé l'association TERRE ET VOLCANS (http://www.terreetvolcans.com ) dans le but de faire découvrir et aimer les volcans avec des conférences grand public, scolaires, associations ; sorties sur le terrain, organisation de voyages d'études encadrés par des scientifiques ou des amateurs passionnés, sur des volcans actifs ou non. Je me suis spécialisé sur les volcans italiens, les îles Canaries, l'île de La Réunion et, cette année, l'Islande (voir détails de nos activités et les thèmes abordés sur notre site).

Mais je suis persuadé que l'approche de cratères en éruption aura été pour moi la plus grande révélation. J'avais été prévenu : réfléchis avant d'approcher un volcan, car tu ne seras plus jamais comme avant !

Si, ma vie durant, j'ai toujours eu envie de créer mes propres associations, d'organiser des activités, c'était, très sincèrement, pour me donner les moyens de faire aimer la vie associative, la découverte du sport, de la science, de créer des rencontres, de rapprocher les passionnés, toutes générations confondues.
Je devais être dans le vrai puisque, en octobre 1999, la Société d'Encouragement au Progrès me décernait une Médaille d'Argent au Sénat, remise par Yves COPPENS, Président de cette association. Ma chance (parfois insolente) a fait que cette promotion 1999 était baptisée François MICHELIN : j'avais travaillé environ 30 ans pour le groupe Citroën-Michelin.

alt="Mon âge m'autorise à me retourner pour savourer tous les bonheurs que la vie m'a offerts ; à penser à tous les êtres extraordinaires que j'ai croisés, qui m'ont aidé, soutenu, qui ont été mes modèles. En particuliers Hubert REEVES et le professeur JACQUARD dont une de ses pensées pourrait résumer ma philosophie et ma vie : merci, vous qui m'avez aimé, de votre irremplaçable amour. Mais c'est à moi d'achever l'ouvrage, à moi de poser la poutre faîtière. Oubliez celui que vous auriez voulu que je sois. Je n'ai pas à réaliser le rêve que vous aviez fait pour moi : ce serait trahir ma nature d'homme. Pour que je sois vraiment un homme, vous me devez un dernier cadeau : la liberté de devenir celui que je choisis d'être." title="Mon âge m'autorise à me retourner pour savourer tous les bonheurs que la vie m'a offerts ; à penser à tous les êtres extraordinaires que j'ai croisés, qui m'ont aidé, soutenu, qui ont été mes modèles. En particuliers Hubert REEVES et le professeur JACQUARD dont une de ses pensées pourrait résumer ma philosophie et ma vie : merci, vous qui m'avez aimé, de votre irremplaçable amour. Mais c'est à moi d'achever l'ouvrage, à moi de poser la poutre faîtière. Oubliez celui que vous auriez voulu que je sois. Je n'ai pas à réaliser le rêve que vous aviez fait pour moi : ce serait trahir ma nature d'homme. Pour que je sois vraiment un homme, vous me devez un dernier cadeau : la liberté de devenir celui que je choisis d'être." >
Mon âge m'autorise à me retourner pour savourer tous les bonheurs que la vie m'a offerts ; à penser à tous les êtres extraordinaires que j'ai croisés, qui m'ont aidé, soutenu, qui ont été mes modèles. En particuliers Hubert REEVES et le professeur JACQUARD dont une de ses pensées pourrait résumer ma philosophie et ma vie : merci, vous qui m'avez aimé, de votre irremplaçable amour. Mais c'est à moi d'achever l'ouvrage, à moi de poser la poutre faîtière. Oubliez celui que vous auriez voulu que je sois. Je n'ai pas à réaliser le rêve que vous aviez fait pour moi : ce serait trahir ma nature d'homme. Pour que je sois vraiment un homme, vous me devez un dernier cadeau : la liberté de devenir celui que je choisis d'être.

(Moi et les autres - éditions du Seuil)

Le livre d'un ami : Vincent Hofer - Photographies : Régis Etienne