Planète

Pression atmosphérique

DéfinitionClassé sous :climatologie , pascal , météorologie
 
Le baromètre est un instrument permettant de mesurer la pression atmosphérique et d’indiquer la tendance météorologique à venir. © James E. Petts, Flickr, CC by-sa 2.0

La pression atmosphérique correspond à la pression générée par une colonne d'air en un point donné. Elle s'exprime en pascal (Pa), unité équivalente au newton par mètre carré (N/m2). En moyenne, au niveau de la mer, la pression atmosphérique avoisine 1.013,25 hectopascals (hPa), soit l'équivalent de la pression exercée par une colonne d'eau de plus de 10 mètres en un point. En deçà de 1.010 hPa, les météorologues parlent de basses pressions, synonymes de mauvais temps dans les régions tempérées. Au-dessus de 1.020 hPa, on entre dans les hautes pressions, qui apportent le soleil à ces mêmes latitudes.

La pression atmosphérique diminue avec l’altitude

La pression atmosphérique n'a de sens que si elle est donnée à une certaine altitude, bien souvent le niveau de la mer. Car, puisqu'elle correspond à une pression générée par une colonne d'air, celle-ci diminue de manière évidente si l'on réduit la longueur de la colonne d'air. De plus, cette diminution n'est pas linéaire puisque la concentration gazeuse est plus importante dans les basses couches de l'atmosphère, si bien qu'à 3.000 mètres d'altitude, la pression atmosphérique moyenne est d'environ 700 hPa, tandis qu'à une quinzaine de kilomètres d'altitude, elle n'atteint qu'environ 100 hPa. Autrement dit, 90 % de la pression atmosphérique se concentre approximativement dans les 15 premiers kilomètres de l'atmosphère terrestre.

Pression atmosphérique et météorologie

La pression atmosphérique est mesurée depuis le XVIIe siècle, grâce aux travaux de l'Italien Evangelista Torricelli qui invente le baromètre à mercure. Ainsi, on a pu se rendre compte de variations horizontales de la pression atmosphérique à des mêmes altitudes et définir les dépressions (basses pressions) et les anticyclones (hautes pressions), tous deux fortement liés à la météorologie. Cette différence de pression entre deux points constitue d'ailleurs l'une des principales forces motrices du vent.