Planète

Draguer ou rester jeune, il faut choisir !

ActualitéClassé sous :zoologie , biologie , outarde houbara

Faire la cour n'est pas l'apanage des humains, loin s'en faut. Chez les outardes houbara (de grands oiseaux d'Afrique), les mâles consacrent environ six mois par an à cette activité. Si elle leur confère un avantage pour l'accès aux femelles, il semblerait qu'un coût non négligeable soit à prendre en considération : l'accélération du vieillissement.

Chez les outardes houbara, les mâles qui passent beaucoup de temps à faire la cour aux femelles ont un vieillissement plus rapide que les autres. © Emirates Center for Wildlife Propagation

Dans le monde animal et particulièrement chez les oiseaux, les mâles sont souvent contraints de recourir à des techniques compliquées pour attirer les femelles. À l'instar du paon qui dévoile ses plumes pour prouver sa bonne santé, les outardes houbara (Chlamydotis undulata) doivent parader afin de retenir l'attention des femelles. C'est la sélection sexuelle.

Chez ces oiseaux du nord de l'Afrique, les mâles passent en effet six mois par an, de janvier à juin, à cette activité. Des études réalisées par une équipe de chercheurs du CNRS, de l'université de Bourgogne, du Muséum d’histoire naturelle et de Reneco Wildlife Consultants LLC, expliquent la relation entre l'investissement dans des traits de séduction qui s'expriment tôt dans la vie de ces oiseaux et ses conséquences au cours de leur vie.

Parade d'un mâle outarde houbara. © J. del Hoyo/Lynx, avibirds.com/YouTube

Les outardes houbara observées dans cette étude sont âgées de 1 à 24 ans mais le vieillissement commence dès l'âge de 6 ans. Les scientifiques ont cherché l'existence d'un lien entre la parade des mâles et leur sénescence. Et les résultats, publiés sur le site de la revue Ecology Letters, sont assez surprenants.

Meilleur éjaculat à durée déterminée

Il existe une corrélation positive entre le temps de parade et la qualité de l'éjaculat chez les jeunes mâles : en substance, plus un mâle passe de temps à essayer d'attirer les femelles, plus son sperme est de bonne qualité, ce qui veut dire que les spermatozoïdes sont normaux, nombreux et mobiles. En revanche, à partir de 6 ans, l'âge du début du vieillissement chez cette espèce, la qualité du sperme se dégrade beaucoup plus vite chez les mâles qui ont passé beaucoup de temps à faire la cour, indiquant que la séduction a bien un coût à long terme. En résumé, faire la cour accélère le vieillissement.


Pourcentage de spermatozoïdes à la morphologie normale par éjaculat en fonction de l'âge de l'individu et du nombre de jours par an passés à faire la cour (30 jours : d30, 60 jours : d60, etc.). © Preston et al., 2011

« Du point de vue du mâle, il faut maximiser les chances de pouvoir se reproduire en attirant l'attention du plus grand nombre de femelles, explique Gabriele Sorci du CNRS et de l'université de Bourgogne, co-auteur de l'étude et contacté par Futura-Sciences. Cet investissement reste avantageux car la vie est risquée et les mâles ne sont jamais sûrs de vivre très vieux ». Autant pratiquer une parade exubérante au début de sa vie, quitte à subir une détérioration de la qualité spermatique en vieillissant. D'autant plus que les mâles qui ont un sperme de mauvaise qualité peuvent tout de même berner les femelles en continuant à parader.

Les tricheurs ont peu de succès

Les femelles y trouvent néanmoins leur compte puisque les jeunes mâles qui paradent beaucoup produisent un très bon éjaculat jusqu'à leurs 6 ans. « En milieu naturel, il y a en plus de fortes chances qu'il y ait davantage de jeunes mâles de moins de 6 ans que de vieux mâles, suggère Gabriele Sorci, ce qui, pour la femelle, réduit les chances de faire un mauvais choix. » Une hypothèse qui reste cependant à vérifier.

De plus, chaque femelle copule avec plusieurs mâles, chaque année. il y a donc une compétition spermatique et même si le dernier mâle a un avantage, les spermatozoïdes de mauvaise qualité ont peu de chance de gagner la compétition face aux autres.

L'étude, qui montre la relation entre un trait comportemental et un trait physiologique à des périodes différentes de la vie, contribue à la compréhension des mécanismes du vieillissement