Mots-clés |
  • informatique,
  • feuille

Science décalée : au chifoumi, les humains sont désespérants

Des chercheurs ont fait jouer des étudiants à pierre-papier-ciseaux contre des ordinateurs. D’après eux, les joueurs faisaient des choix « irrationnels », notamment après un échec. Et comme la pierre semble l’objet préféré des joueurs, pour gagner, ils suggèrent de jouer plus souvent la feuille.

Bizarrement, les gens préfèrent jouer la pierre à chifoumi. © Lolostock, Shutterstock Bizarrement, les gens préfèrent jouer la pierre à chifoumi. © Lolostock, Shutterstock

Science décalée : au chifoumi, les humains sont désespérants - 2 Photos
shutterstock Lolostock

PDF

Qui n’a jamais joué enfant à chifoumi ou « pierre-papier-ciseaux » ? En théorie, il s’agit d’un jeu de hasard, puisque chaque objet a autant de chance de gagner : la pierre casse les ciseaux qui coupent la feuille qui enveloppe la pierre. Au-delà d’un simple jeu de récréation, les scientifiques y voient un modèle pour comprendre comment des individus prennent des décisions.

Dans cette étude, les chercheurs ont recruté 31 étudiants qui ont joué à pierre-papier-ciseaux contre un ordinateur, avec 225 essais en trois sessions de 75. Pour chacune, l’ordinateur jouait au hasard l’un des trois objets (25 fois chacun). Les participants devaient appuyer sur le bouton de leur choix pour jouer soit la pierre, soit le papier, soit les ciseaux ; ils avaient comme consigne d’essayer de gagner. Les chercheurs se sont intéressés à la stratégie des participants au cours du jeu pour voir comment ils réagissaient à une victoire ou à un échec.

Un choix « rationnel » face à un ordinateur qui choisit aléatoirement l’un des trois items consisterait à jouer au hasard l’un des trois objets. Mais d’après les chercheurs, les gens faisaient des « choix irrationnels » à ce jeu. Pourquoi ? Les émotions l’emporteraient sur la raison. Les joueurs, s’ils gagnaient, avaient tendance à conserver l’objet gagnant, et s’ils perdaient à en changer.

L’ordinateur jouait aléatoirement un des trois objets.
L’ordinateur jouait aléatoirement un des trois objets. Mais du côté des joueurs, ce n’était pas vraiment que du hasard. © villorejo, Shutterstock

Un échec induit une réponse émotionnelle irrationnelle

En cas d’échec, les joueurs choisissaient plutôt l’objet contre lequel ils auraient gagné : par exemple, ils remplaçaient un caillou par des ciseaux. Après une égalité, le joueur avait tendance à choisir l’objet qui aurait gagné contre le choix précédent (par exemple en remplaçant le caillou par la feuille).

Pour Benjamin Dyson, de l’université du Sussex, principal auteur de cet article paru dans Scientific Reports, « il est inquiétant que les gens aient tendance à prendre des décisions plus irrationnelles après avoir perdu ». Car, comme il l’explique dans le DailyMail, cela pourrait avoir des conséquences plus graves dans des situations risquées où les gens doivent faire des choix importants : en économie ou en politique par exemple.

« Ces décisions irrationnelles sont entraînées par une réaction émotionnelle à un résultat négatif et laissent les personnes vulnérables à un adversaire intelligent. L’émotion pourrait avoir un certain effet distrayant qui détériore la qualité de notre pensée. Si nous pouvons apprendre à séparer l’émotion du résultat, comme les joueurs de poker à succès, nous pourrions être en mesure d’atténuer ce risque. »

L’étude suggère aussi que pour avoir plus de chances de gagner, il vaut mieux choisir le papier, car les gens ont plutôt tendance à choisir le caillou. Dans d’autres travaux, en effet, les participants faisaient ce choix en moyenne dans 36 % des cas.

À découvrir en vidéo autour de ce sujet :


Le Kinetic Blocks est un afficheur mécanique bien particulier. Il ne sert pas qu’à afficher de l’information, il peut aussi manipuler et déplacer des objets, voire construire de petites structures. Le voici en vidéo.


À voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires