Tech

Des robots convergent vers Lyon pour le salon Innorobo...

ActualitéClassé sous :robotique , robot , Innorobo

Il y aura pléthore de robots demain à Lyon mais aussi de roboticiens, venus d'un peu partout pour des démonstrations et des conférences à l'occasion du salon Innorobo. Découvrez la cobotique, la téléprésence et, plus généralement, la robotique, dont on dit que son avenir proche ressemble à celui de l'Internet des années 1990 et 2000.

Acroban, un petit robot sans tête mais solide sur ses jambes et que l'on peut bousculer ou prendre par la main pour le guider. © Inria Bordeaux Sud-Ouest

À quoi ressemble un robot ? Comme nous l'expliquaient Bruno Bonnell (président de la société Robopolis et du syndicat Synorobo) et Frédéric Kaplan (fondateur de Ozwe), les robots prendront d'innombrables formes. On le constatera du 23 au 25 mars 2011 au Centre des Congrès de la Cité Internationale de Lyon, à l'occasion du salon Innorobo, où l'on croisera des robots de toutes sortes.

TopChair, par exemple, présente un fauteuil roulant capable de franchir des obstacles et de monter ou descendre les escaliers grâce à sa mécanique complexe, ses chenilles, ses capteurs infrarouges et son microprocesseur. C'est cela aussi la robotique. Certains robots nagent, comme Jessiko, de la société Robotswim, prêt à peupler les piscines ou à aider les scientifiques.

Les visiteurs d'Innorobo croiseront aussi des humanoïdes, comme Acroban, ce robot conçu par l'Inria Bordeaux Sud-Ouest pour être un compagnon et pour qu'on puisse, comme l'indiquent ses concepteurs, « le prendre par la main ». C'est effectivement le but. Ses mouvements sont semblables à ceux d'un être humain et il ne tombe pas quand on le pousse. Ces caractéristiques lui permettent d'entrer dans une vraie interaction gestuelle avec un humain, même si c'est un enfant ou une personne très âgée.

Le fauteuil réalisé par TopChair peut monter et descendre des escaliers en toute sécurité grâce à des chenilles et à son électronique de bord qui détecte la première et la dernière marche grâce aux capteurs à rayons infrarouges. Le fauteuil monte en marche arrière et descend en marche avant, garantissant une excellente stabilité. © TopChair

Un domaine tout neuf et en ébullition

La robotique invente régulièrement de nouveaux concepts et parmi eux : la téléprésence. Il faut sans doute se préparer à s'habituer à ce terme qui désigne une manière d'être là où on n'est pas. À distance, à l'aide d'un navigateur Internet, quelqu'un prend le contrôle d'un robot mobile et voit ce qu'il voit, entend ce qu'il entend et parle par sa bouche (enfin ses haut-parleurs).

L'entreprise Gostai montrera son Jazz Connect, destiné au milieu professionnel. Au lieu de téléphoner, on se téléporte pour discuter avec un interlocuteur lointain, le suivre dans le bureau ou l'usine, regarder les plans ou les machines.


Jazz Connect se promène dans les bureaux, dit bonjour, discute et s’intéresse aux documents qu’on lui montre. Loin de là, quelqu’un le pilote à l’aide d’une interface simple, visible à gauche et lancée par un navigateur Internet. C’est la téléprésence, presqu’aussi facile qu’un coup de fil. © Gostai/YouTube

Science en marche, la robotique est une affaire de mécanique, d'ingénieurs, d'électronique mais aussi de scientifiques de multiples spécialités, de l'intelligence artificielle à l'étude du comportement. Innorobo sera aussi l'occasion de rencontrer plusieurs grands noms de ce domaine tout neuf. Les conférences Robolift (organisées avec Lift) exposeront les sujets en pointe de la recherche robotique actuelle. Frédéric Kaplan expliquera par exemple comment on vit avec un robot. Pierre-Yves Oudeyer (Inria) et Jean-Claude Heudin (Institut international du multimédia) parleront de l'intelligence artificielle avec un sujet aguicheur : doit-elle être innée ou acquise ?

Le salon accueille aussi les neuvièmes Rencontres de la mécatronique, ce qui permettra de parler de robotique médicale, industrielle ou domestique, et découvrir la cobotique, cette spécialité qui vise à faire travailler ensemble des Hommes et des robots. On parlera aussi business dans des conférences qui aborderont l'essor et les particularités de ce marché complètement nouveau.

Ce genre de rassemblement n'est pas fréquent. Une telle concentration est même unique. Un détour par Lyon sera profitable à celles et ceux qui veulent comprendre ou aux jeunes attirés par la technique et qui auraient intérêt à se pencher sur ce domaine neuf où l'on manque de bras (et de têtes).