Le micro-drone Piccolissimo est fabriqué à partir de pièces de drones miniatures grand public tandis que son châssis est produit avec une imprimante 3D. © ModLab, University of Pennsylvania

Tech

Piccolissimo, ce drone minuscule, porte bien son nom

ActualitéClassé sous :drone , impression 3D , drone miniature

Par Marc Zaffagni, Futura

Des chercheurs nord-américains ont conçu le plus petit drone au monde doté d'une alimentation autonome. Baptisé Piccolissimo, il ne mesure que 28 millimètres de diamètre et pèse moins de 2,5 grammes. Ce type d'appareil pourrait être équipé de caméras ou de divers capteurs et évoluer en groupe lors de missions d'exploration de zones inaccessibles ou dangereuses.

Ingénieurs et chercheurs explorent depuis de nombreuses années déjà les possibilités de miniaturisation des drones. L'idée est de crée des flottilles ou des « essaims » de ce type d'engins qui pourraient aller polliniser des cultures, effectuer des missions de surveillance météorologique, environnementale ou policière.

Dès 2008, Futura vous parlait du DelFly Micro avec ses 10 centimètres de long pour 3 grammes sur la balance. Plus récemment, l'université Harvard a créé le RoboBee, un micro-drone dont le vol est inspiré de l'abeille et dont la taille est, en gros, la moitié de celle d'un trombone de bureau. Voici venir le Piccolissimo, du mot italien que l'on peut traduire par « minuscule ». En effet, ce tout petit engin revendique le titre de plus petit drone au monde doté d'une alimentation autonome, en l'occurrence une batterie lithium polymère.

Piccolissimo a été créé par une équipe de l'université de Pennsylvanie qui s'est servie des pièces de drones miniatures vendus dans le commerce. Le châssis de forme circulaire a été créé par impression 3D.

Deux versions ont été fabriquées :

  • l'une fait 28 millimètres de diamètre et pèse environ 2,5 grammes,
  • le second Piccolissimo est plus grand (39 millimètres) et pèse aux alentours des 5 grammes, mais il a l'avantage d'être contrôlable à distance. Impressionnant lorsque l'on sait qu'il a seulement deux parties mobiles : une hélice et le châssis lui-même.
Piccolissimo n’a que deux parties mobiles : son hélice et son châssis. Un signal infrarouge permet de faire varier la vitesse du moteur afin d’induire des changements de direction. © ModLab, University of Pennsylvania

Le drone Piccolissimo peut emporter un gramme de charge utile

L'hélice mue par un mini-rotor tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre tandis que le châssis du drone tourne dans le sens horaire. En jouant sur des changements de vitesse et la position décentrée du moteur, il est possible de provoquer un changement de direction. Piccolissimo peut emporter l'équivalent d'un gramme de charge utile. Cela peut sembler dérisoire, mais c'est en tout cas suffisant pour embarquer une caméra miniature ou un capteur.

On pourrait par exemple imaginer un groupe de drones de ce type équipés de caméras, de capteurs de radiation et d'accéléromètres aller reconnaître une zone irradiée ou polluée suite à un accident ou une catastrophe pour éviter de risquer des vies humaines. Peu onéreux à produire, ces micro-drones pourraient même avoir un usage unique. Les Piccolissimo étant construits avec des pièces de drones du commerce, les chercheurs de l'université de Pennsylvanie assurent qu'ils pourraient concevoir des modèles encore plus petits à mesure que les composants seront miniaturisés.

Lily Camera : ce drone autonome vous suivra dans toutes les situations  Il suffit de jeter ce drone comme un Frisbee pour qu’il décolle et vous suive en permanence. Idéal pour prendre des photos ou filmer du sport par exemple, le Lily Camera ne demande aucune connaissance de pilotage particulière. Le voici présenté en vidéo. 

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.