Illustration de Trappist-1d, planète rocheuse autour de l’étoile Trappist-1, découverte en mai 2016. © Nasa, JPL-Caltech

Sciences

Vidéo 360° : la surface de l'exoplanète Trappist-1d comme si vous y étiez

ActualitéClassé sous :exoplanètes , Transits planétaires , zone d'habitabilité

Par Xavier Demeersman, Futura

Offrez-vous une balade sur Trappist-1d, une des sept planètes rocheuses découvertes autour d'une naine rouge à 39 années-lumière de la Terre. Ou du moins sur ce qu'elle pourrait être. Le paysage en images de synthèse a été imaginé par la Nasa à partir des premières données collectées. Dans cette vision, ce monde est habitable... mais pas partout.

Dans la foulée de l'annonce de la découverte, majeure, de sept exoplanètes de la taille de la Terre autour de l'étoile Trappist-1, la Nasa a publié une vidéo qui propose de découvrir en images de synthèse l'environnement de l'une d'entre elles. Pour tenter l'expérience, il suffit de lire la vidéo sur un ordinateur, en bougeant la souris pour la direction, ou sur une tablette, voire sur un smartphone avec des lunettes adaptées à ce type de vidéos 360 °.

Vous voici donc transporté sur Trappist-1d, la troisième planète la plus proche de son étoile-hôte, une naine rouge « ultrafroide » à peine plus grosse que Jupiter. D'après les mesures des chercheurs qui ont pu observer la danse de ces exoplanètes sœurs 21 jours de suite, dans l'infrarouge, avec le télescope spatial Spitzer, sa taille est comprise entre celle de la Terre et celle de Mars (77 % du rayon de notre planète). C'est donc l'une des plus petites, avec Trappist-1h, la plus éloignée des sept.

Dans cette vue à 360°, un geste de souris montre un panorama de ce qui est peut-être l'environnement de Trappist-1d, une planète rocheuse située dans la zone habitable de son étoile, la naine rouge ultrafroide Trappist-1. Nous sommes ici sur la région intermédiaire entre la face toujours éclairée et celle perpétuellement plongée dans la nuit. La présence d'une atmosphère et d'eau liquide demeurent toutefois hypothétiques. © Nasa, JPL-Caltech, Youtube

Sur les planètes de Trappist-1, il y un côté jour et un côté nuit

Là-bas, l'année (c'est-à-dire sa période de révolution) n'y dure que quatre jours terrestres et le ballet céleste doit y être surprenant pour un Terrrien. Les planètes sont si proches les unes des autres qu'il devrait être possible de distinguer à l'œil nu les reliefs de plusieurs d'entre elles, soulignent les auteurs de ces recherches. Certaines apparaissant même plus grande que la Lune vue depuis la Terre !

Comme peut-être toutes les autres, il est très probable que Trappist-1d soit synchronisée avec son étoile. Autrement dit, elle lui présente toujours la même face. Dans ces conditions, cette planète rocheuse située à l'intérieur de la zone habitable pourrait avoir une grande partie de sa moitié éclairée, aride, et l'autre au contraire, glaciale. En fait, c'est le long de la bande située sur son terminateur, la limite entre le jour et la nuit, que les températures seraient plus clémentes. C'est cette région que nous montre la vidéo. De-ci de-là, un peu de glace, un peu de neige fondue, des ruisseaux, bref de l'eau partout... si toutefois, bien sûr, il y en a car aucune donnée actuelle ne le démontre. C'est l'étoile, bien plus faible et froide que le Soleil, qui projette dans le ciel et partout sur ce monde, une teinte de braise.

Pour aller jusqu'à Trappist-1d, située à 39 années-lumière de notre Système solaire (ce qui représente environ 370.000 milliards de kilomètres), il faudrait, avec un vaisseau qui se déplace à la vitesse de Voyager 1, quelque 685.000 ans ! Avec une microsonde du projet Breakthrough Starshot, il ne faudrait que... 200 ans. À la vitesse de la lumière ? 39 ans. Le mieux est de se téléporter !

À quoi ressemblent les exoplanètes de Trappist-1 ?  Cette animation de la Nasa montre les portraits possibles des sept exoplanètes découvertes en février 2017 autour de Trappist-1, à seulement 40 années-lumière de notre Système solaire. Il s'agit d'interprétations car personne ne les a vues. Elles sont supposées rocheuses et de tailles similaires à celle de la Terre et diffèrent sans doute entre elles. Trois sont dans la zone habitable et pourraient donc porter de l'eau liquide en surface. 

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.