Sciences

Images de la dislocation d'une comète en approche de la Terre

ActualitéClassé sous :Astronomie , comète 73P/Schwassmann-Wachmann 3 , dislocation

Par Rémy Decourt, Futura

Le Télescope spatial Hubble a capturé ses images de la comète 73P/Schwassmann-Wachmann 3 en train de se disloquer en plusieurs morceaux ! Cet évènement est d'autant plus intéressant que la comète doit passer le 12 mai au plus près de la Terre, à environ 30 fois la distance de la Terre à la Lune. A cette distance, la comète et les fragments ne présentent aucun danger pour la planète. Son observation sera possible par les astronomes amateurs du monde entier. Mieux, on pourrait assister à une pluie d'étoiles filantes. Le 7 juin, elle sera au plus près du Soleil.

La comète 73P/Schwassmann-Wachmann 3 en train de se fragmenter vue par Hubble

Les scientifiques suivent la comète avec intérêt depuis 1995 quand son noyau a éclaté en 4 morceaux. Cette dislocation n'est pas une surprise. Il se peut que la plupart des comètes terminent leur vie de cette façon. Du moins celles qui ne plongent pas dans le Soleil ou finissent leur course écrasées contre une planète.

Des quatre morceaux initiaux, aujourd'hui on en compte plusieurs dizaines et qui forment autant de mini comètes avec leur propre coma. Il s'agit là d'une occasion unique d'étudier la fin de vie d'une comète. Cette dislocation s'explique par la structure des comètes. Il s'agit de corps très poreux, et donc peu denses, faits de poussières et de glaces mélangées. De fait les comètes sont très sensibles aux chocs thermiques comme aux effets gravitationnels et autres forces dynamiques. Souvenez-vous de la Comète Shoemaker-Levy 9 qui est entrée en collision avec Jupiter, en juillet 1994 après voir été fragmentée en plusieurs morceaux par la planète géante une année auparavant.

Ces observations depuis le sol et de l'espace de 73P/Schwassmann-Wachmann 3 fournissent une occasion sans précédent d'étudier la scission d'un noyau cométaire. Quant on sait que ces objets sont des résidus de la formation des planètes du Système Solaire, on comprend mieux l'intérêt des scientifiques d'étudier en détail cette fragmentation et analyser la nature des molécules qui s'en échapperaient.