Santé

AVC ischémique

Dossier - AVC : accident vasculaire cérébral
DossierClassé sous :médecine , AVC , accident vasculaire cérébral

-

Un accident vasculaire cérébral (AVC) conduit à l'arrêt du fonctionnement d'une partie du cerveau. Il peut être dû à l'obstruction d'une artère cérébrale ou à une hémorragie.

  
DossiersAVC : accident vasculaire cérébral
 

L'AVC correspond à un arrêt du fonctionnement d'une partie du cerveau. Il peut avoir plusieurs causes : l'ischémie ou l'hémorragie. Un scanner réalisé en urgence permet de différencier un AVC ischémique d'un AVC hémorragique, et de localiser les lésions cérébrales.

Hypertension artérielle. © Adimas, Fotolia

L'AVC ischémique (accident vasculaire cérébral ischémique)

Un AVC peut avoir lieu si une partie du cerveau ne reçoit plus de sang : c'est l'ischémie. Par exemple, une artère qui irrigue le cerveau peut être obstruée par un caillot. Si les artères sont rétrécies par l'athérosclérose, le risque est augmenté qu'un caillot vienne les boucher. L'hypertension artérielle constitue un facteur de risque d'AVC ischémique, car elle favorise la formation de lésions dans la paroi des artères et leur occlusion. La fibrillation et l'arythmie cardiaque peuvent être des causes de la formation d'un caillot : si le coeur se contracte de façon désordonnée, du sang peut stagner dans certains vaisseaux et former un caillot.

Lors d'un AVC ischémique, la circulation sanguine est réduite dans une zone autour de la lésion : on l'appelle "pénombre ischémique". Au départ, les neurones ne meurent pas dans cette zone de pénombre qui est assez étendue ; mais au fur et à mesure que le temps passe, la lésion grandit et la zone de pénombre disparaît. En absence d'irrigation, les cellules nerveuses ne reçoivent ni dioxygène, ni nutriments. Les neurones recevant moins de dioxygène peuvent mourir, d'où la perte de certaines facultés (élocution, mémoire, mobilité...).

On parle d'AVC lorsque les symptômes durent plus de 24 h. Des accidents ischémiques transitoires, dont les symptômes durent moins de 24 h, peuvent aussi avoir lieu. Les accidents ischémiques transitoires conduisent eux aussi à une paralysie et à des troubles du langage. Un accident ischémique transitoire peut prévenir le patient qu'un AVC plus grave est possible.

Plaque d'athérome dans une carotide. Auteur : Ed Uthman, téléchargé depuis http://flickr.com/photos/euthman/121061911/in/set-72057594114099781/ Domaine public.