Santé

Des cellules souches obtenues sans destruction de l'embryon

ActualitéClassé sous :vie , cellule souche , cellule souche embryonnaire humaine

Selon la revue Nature, des chercheurs américains sont récemment parvenus à obtenir des lignées de cellules souches embryonnaires humaines sans détruire l'embryon associé. Outre sa portée scientifique, cette avancée significative relance le débat éthique entourant ce domaine prometteur...

Des chercheurs ont pu obtenir des cellules souches embryonnaires humaines sans causer la mort de l'embryon utilisé Une première ! (Crédits : Advanced Cell Technology)

Le problème éthique lié aux cellules souches

Jusqu'à aujourd'hui, les chercheurs recouraient à des blastocystes, des embryons de cinq à sept jours comptant environ 200 cellules, pour obtenir des lignées de cellules souches embryonnaires. Hélas, cette manipulation engendrait systématiquement la mort de l'embryon utilisé, et soulevait un problème éthique. Des voix s'étaient élevées pour dénoncer la destruction de la vie au nom de la recherche et, aux Etats-Unis, le gouvernement avait récemment interdit l'attribution d'argent public aux recherches sur les cellules souches embryonnaires.

L'année dernière, des travaux menés par des chercheurs de l'Advanced Cell Technology, dans le Massachusetts, avaient apporté un début de réponse à ce problème ainsi qu'une bouffée d'espoir : cinq lignées de cellules souches embryonnaires de souris avaient pu être obtenues sans destruction de l'embryon associé. La technique alors utilisée était celle largement employée lors des diagnostics préimplantatoires (DPI) : après une fécondation in vitro, et avant d'effectuer l'implantation dans l'utérus maternel, les médecins prélèvent, à l'aide d'une micropipette, l'une des huit cellules souches - blastomères - de l'embryon et l'analysent afin de détecter d'éventuelles anomalies génétiques. A la seule différence que, au lieu de mettre les blastomères à l'étude, les chercheurs les avaient immédiatement mis en culture pour obtenir des cellules souches embryonnaires.

Une prouesse réitérée chez l'homme

Un an après ce premier exploit, les chercheurs de l'Advanced Cell Technology dirigés par Robert Lanza ont transposé avec succès cette technique à l'homme. Ils ont utilisé seize embryons surnuméraires conçus en fécondation in vitro. A l'aide d'une micropipette, ils ont extrait de chacun d'eux un blastomère, puis les ont mis en culture dans un mélange de cellules souches humaines et de fibroblastes animaux. C'est ainsi qu'ils ont obtenu deux lignées stables de cinquante à cent cellules souches embryonnaires humaines, exemptes d'anomalies génétiques et à même de se différencier. « Ces cellules souches étaient capables de se dédoubler ou d'être spécifiées in vitro en cellules d'intérêt thérapeutique », a expliqué Robert Lanza. Néanmoins, il précise que « des études complémentaires sont nécessaires pour vérifier leurs fonctionnalités. »

L'équipe espère à présent renouveler l'expérience en l'absence de fibroblastes d'origine animale, afin de réduire les risques de transmission de virus. D'un point de vue éthique, cette avancée publiée aujourd'hui dans la revue Nature pourrait permettre aux chercheurs d'obtenir gain de cause auprès des gouvernements encore réticents au sujet des cellules souches embryonnaires humaines.