Santé

Autisme (1/2) : halte à la psychanalyse selon Yehezkel Ben-Ari

ActualitéClassé sous :médecine , autisme , rapport de la HAS

-

En mars dernier, la Haute autorité de santé (HAS) sortait un rapport établissant les recommandations de l'agence à propos des thérapies à mener contre l'autisme en France, critiquant certaines techniques psychanalytiques comme le packing. Ce texte n'a pas été accueilli de la même façon par tous les spécialistes. D'une part, la psychiatrie française se sent méprisée. À l'inverse, d'autres estiment que cela va dans le bon sens. C'est par exemple l'avis du neurologue Yehezkel Ben-Ari qui explique son point de vue à Futura-Sciences.

L'autisme existe à différents degrés. La maladie se déclare dès la naissance mais les symptômes ne sont visibles que vers l'âge de 2 ou 3 ans. Pendant ce temps, l'enfant grandit dans un monde intérieur et se ferme de l'environnement externe. Aujourd'hui, il n'existe pas de traitement curatif de l'autisme, mais des thérapies comportementales diminuent la sévérité du trouble. © Webking, StockFreeImages.com
  • Découvrez le dossier pour tout savoir sur l'autisme 

À lire, l'avis du psychiatre Gérard Schmit, qui défend des positions contraires.

L'année 2012 est placée sous le sceau de l'autisme puisque la maladie en a été proclamée grande cause nationale. Mais ce trouble envahissant du développement est très complexe car extrêmement varié. Il n'est d'ailleurs pas très bien caractérisé même si l'on sait désormais qu'il s'agit d'un trouble neurologique avec une mise en place anormale de certains réseaux de neurones dans le cerveau. Derrière tout cela, au moins un millier de gènes sont potentiellement impliqués.

Mais comment le soigner ? Le débat fait rage et les méthodes varient selon les pays. Dans les territoires anglo-saxons, souvent très pragmatiques, on est plus facilement adepte de la méthode ABA, qui n'est rien d'autre qu'un conditionnement skinnerien, dans lequel on récompense les enfants lorsqu'ils agissent comme on le désire et on leur fait comprendre qu'un comportement est inadapté pour les pousser à l'abandonner. Une technique qui fonctionne plus ou moins bien selon les patients.

En matière d'autisme, la France fait un peu figure d'exception. La psychiatrie et la psychanalyse y jouent un grand rôle. Mais un rapport émis en mars dernier par la Haute autorité de santé (HAS) épingle certains aspects de ces pratiques, et notamment la technique très controversée du packing, qui consiste à envelopper l'enfant en crise sévère d'un linge frais et humide pour le calmer. Un texte très mal perçu des psychiatres français... mais bien accueilli par d'autres, comme Yehezkel Ben-Ari, directeur honoraire de l'Institut de neurobiologie de la Méditerranée, qui se justifie auprès de Futura-Sciences.

Le neurobiologiste Yehezkel Ben-Ari est le fondateur de l'Institut de biologie de la Méditerranée. Il aborde la problématique de l'autisme en se focalisant sur les changements cérébraux que la maladie implique. © P. Latron, Inserm

Futura-Sciences : En tant que neurobiologiste, quel est votre ressenti face au recours à la psychanalyse pour soigner l'autisme ?

Yehezkel Ben-Ari : Je pense tout d'abord que la psychanalyse pure est tout à fait discutable et que personne n'a apporté la preuve de son utilité contre l'autisme. Elle n'est pas la seule thérapie proposée et s'accompagne de pratiques psychiatriques ou d'autres techniques telles l'ABA. Mais ce que je lui reproche surtout, c'est son manque de rigueur scientifique ainsi que l'absence de tests sérieux sur son efficacité.

Mon équipe et moi tentons par exemple de développer un médicament à partir d'une molécule existante. Cela nous a pris 4 ans, nous avons dépensé des millions d'euros. Nous devons nous soumettre à un ensemble de contraintes très rigoureuses. Pour réaliser les demandes cliniques de phase III, il nous a fallu remplir un dossier de 140 pages où l'on a défini nos objectifs à remplir pour que l'opération soit un succès. Les psychiatres, eux, n'ont pas de telles contraintes. Certes, ils peuvent connaître quelques réussites, notamment au niveau de la communication, qu'il ne faut absolument pas négliger. Mais pour que cela soit valable, il est nécessaire de le confirmer. Rien n'est valable si ce n'est pas universel, et rien n'est universel si ce n'est pas vérifiable.

Faut-il tout jeter dans l’approche psychiatrique selon vous ?

Yehezkel Ben-Ari : Non, bien sûr que non. Mais certaines techniques sont inutiles. Je suis sûr qu'on ne pourra jamais soigner l'autisme avec le packing. En revanche, tout ce qui est basé sur la communication verbale, les câlins, la tendresse, ça ne pourra jamais faire de mal. Et moi je suis pour tout ce qui marche. Face à l'autisme, qui est une maladie complexe, il faudra toujours proposer plusieurs traitements complémentaires car on ne trouvera jamais, à mon sens, un traitement miracle qui guérira de l'autisme. Il sera seulement possible de diminuer la sévérité de la maladie.

L'autisme est une maladie qui affecte le fonctionnement du cerveau. Celui-ci n'est pas connecté de la même façon. Comme en atteste ce schéma, pour une même activité motrice, un autiste active les régions ici matérialisées en bleu, quand une personne non malade utilise les parties colorées en jaune. © Axel-Ralph Muller, Wikipédia, cc by 2.5

Mais alors, quelles solutions préconisez-vous contre l’autisme ?

Yehezkel Ben-Ari : C'est une maladie très précoce, et nous savons qu'elle apparaît au plus tard au moment de l'accouchement. Les réseaux de neurones dans le cerveau ne se forment pas correctement, dégâts qui s'amplifient avec le temps. C'est donc un trouble de l'anatomie du cerveau. Je ne vois pas vraiment comment on pourrait le soigner uniquement avec des mots.

De nombreux laboratoires dépensent des millions et des millions dans l'espoir de trouver de nouvelles mutations impliquées dans la maladie puisqu'on sait qu'il existe une composante génétique. On pense qu'il y en aurait plus de mille. Mais cette approche a des limites. Le diagnostic n'est pas sans équivoque car on peut porter ces mutations sans pour autant être malade, ce qui réduit considérablement les applications thérapeutiques et, in fine, peut apporter dans certains cas un réconfort aux parents mais c'est tout. De plus, la thérapie génique ne marchera pas car les dégâts étant précoces, le cerveau se câble mal et les causes du syndrome découlent de ce défaut, en plus de la protéine affectée par la ou les mutations. Autant cela pourrait fonctionner pour des cancers ou d'autres pathologies, mais je doute grandement de son efficacité face à des maladies qui concernent un défaut de développement du cerveau, un organe si plastique.

L'idéal serait de diagnostiquer la maladie bien plus tôt, vers 6 mois. Malheureusement, cela n'est pas possible actuellement. Nous essayons pour notre part de mettre au point un médicament qui contribue à remettre un peu d'ordre dans le cerveau. Nous avons de bons résultats et un article important sera publié prochainement. Pour l'instant, les deux molécules autorisées aux États-Unis ne sont pas vraiment convaincantes. Mais les temps pourraient changer...