Risque cardiaque : le sucre est-il vraiment innocent ? © Lightspring, Shutterstock

Santé

Santé cardiaque : l'industrie du sucre rejette la faute sur le gras

ActualitéClassé sous :maladie , sucre , cholestérol

Dans les années 1960, l'industrie du sucre a payé des scientifiques pour minimiser le rôle du sucre dans les pathologies cardiovasculaires et mettre en valeur celui du gras. Des travaux qui ont pu influencer nos conceptions actuelles sur le rôle de l'alimentation dans la santé cardiaque.

C'est une communication pour le moins explosive qui paraît dans JAMA Internal Medicine : des  documents historiques découverts par un chercheur de l'université de Californie révèlent que la Sugar Research Fondation, aujourd'hui connue sous le nom de Sugar Association, a payé trois scientifiques de l'université d'Harvard (Etats-Unis) pour qu'ils écrivent une revue de littérature sur le sucre, le gras et la maladie cardiaque. L'article publié dans le New England Journal of Medicine a minimisé le rôle du sucre dans la santé cardiaque et porté l'attention sur les graisses saturées.

Remontons quelques décennies en arrière. Au début des années 1960, des études ont commencé à souligner le lien entre une alimentation riche en sucre et un taux élevé de maladies cardiaques. C'est dans ce contexte qu'en 1965, John Hickson, un cadre de l'industrie du sucre, a recruté des chercheurs d'Harvard pour qu'ils écrivent un article qui discrédite les recherches anti-sucre.

John Hickson a payé ces chercheurs 6.500 dollars d'alors (correspondant à 49.000 dollars d'aujourd'hui), leur a sélectionné les études qu'ils devaient inclure dans leur analyse, en leur expliquant clairement que le résultat devait être en faveur du sucre. Après la publication de cette revue de littérature qui stigmatisait le gras et le cholestérol, la polémique sur le rôle du sucre dans les maladies cardiaques s'est évanouie. Pendant des décennies, les recommandations officielles américaines ont incité les populations à manger moins gras, privilégiant donc indirectement des aliments riches en glucides.

À première vue, il s'agit d'une histoire ancienne, qui s'est déroulée lorsque les scientifiques n'étaient pas contraints d'annoncer leurs conflits d'intérêt dans leurs publications. Mais en 2015, le New York Times a révélé que Coca-Cola a investi des millions de dollars dans des recherches tendant à accentuer le rôle de la sédentarité - plutôt que celui des sodas - dans l'obésité. Le débat sur le rôle des aliments sucrés dans les maladies de civilisation est loin d'être clos.

Cela vous intéressera aussi

Une expérience astucieuse pour savoir si votre soda est vraiment sans sucre  Comment être certain qu’un soda ne contient que peu ou pas de sucre ? Unisciel et l’université de Lille 1 nous proposent en vidéo une expérience qui pourra fournir la réponse. Petit indice : il suffit de connaître la masse volumique du contenu de la canette…