Ce sont les vibrations provoquées par le pied du charmeur au sol qui font sortir le serpent de son panier. © DEZALB, Pixabay, CC0 Public Domain

Planète

Charmeurs de serpents : comment font-ils ?

Question/RéponseClassé sous :serpent , charmeur de serpent , audition des serpents

Face à un vieil Indien en turban qui fait danser un serpent, il y a de quoi se demander comment le charme opère. Le résultat d'une mélodie envoûtante ? Pas vraiment, les serpents ne sont pas de fins mélomanes.

Assis en tailleur, un vieil Indien joue de la flûte. Et comme par magie, un serpent - généralement un cobra, parce qu'il est plus impressionnant qu'un autre - sort du panier posé devant lui en ondulant au rythme de la musique. Mais alors, charmer un serpent est-il un véritable don ? Ou plutôt un tour de passe-passe ? Un peu des deux serait-on tenté de répondre.

Notons avant tout, un point important de l'anatomie du serpent. Celui-ci n'a pas d'oreilles externes. Pas de tympans non plus. Donc, un serpent n’entend pas... au sens où nous l'entendons ! Cependant, des études ont démontré que, grâce à son oreille interne, le reptile est capable de percevoir les vibrations du sol. Il serait même en mesure de ressentir les ondes acoustiques grâce aux vibrations qu'elles provoquent au cœur de sa boîte crânienne.

Lorsqu’il se sent menacé, le cobra gonfle son cou et étend sa coiffe afin d’impressionner son adversaire. © musthaqsms, Pixabay, CC0 Public Domain

Les serpents sont sensibles aux vibrations

Alors le cobra du charmeur de serpent danse réellement au son de sa flûte ? Non. Car le serpent n'est sensible qu'à certaines fréquences sonores, plutôt graves. Si le cobra sort ainsi de son panier, c'est que le charmeur tape discrètement du pied sur le sol. Le serpent, se sentant en danger, adopte alors une posture de surveillance, la coiffe étendue et le cou gonflé. Quant à la danse de la flûte devant lui, elle ne fait que confirmer ses craintes. Pour surveiller cet ennemi et être prêt à la riposte, le cobra ondule à son rythme.

Tout le talent du charmeur de serpent réside alors dans l'art de maintenir le reptile à bonne distance de ce faux ennemi. En effet, si la flûte se fait trop menaçante et progresse sur le serpent, celui-ci pourra attaquer et le numéro se terminera de façon tragique. Et si la flûte s'éloigne trop, le danger disparaît et l'attention du serpent est perdue. Le charme rompu, le cobra retournera à sa sieste.

L'attaque d'un serpent à sonnette filmée en 500 images par seconde  Dans cette vidéo filmée, on découvre un rat-kangourou attaqué par surprise par un serpent à sonnette. Le mouvement foudroyant du prédateur est capturé à un rythme de 500 images par seconde. Malgré toute l’énergie, il va manquer sa proie. Les biologistes qui ont capturé cette séquence une nuit de l’été 2015, au Nouveau-Mexique, s’intéressent de près à la relation proie-prédateur en milieu naturel.