Expert Planète

Éric Buffetaut

1950 -

Paléontologue

Classé sous :paléontologie
Pour un chercheur, une tour d'ivoire peut être confortable, mais elle n'en est pas moins une prison. Puisse Futura-Sciences contribuer à en ouvrir les portes, pour le bénéfice de tous. Eric Buffetaut - Septembre 2003
Éric Buffetaut, Paléontologue

Biographie

Né en 1950 en Normandie, Eric Buffetaut a étudié la géologie et la paléontologie à l'Université de Paris. Après une thèse de troisième cycle sur des crocodiliens crétacé du Niger, il est entré au CNRS en 1976, et c'est au sein de cette institution que se déroule depuis sa carrière (il est actuellement Directeur de Recherche).

Après une thèse de doctorat ès-sciences sur l'évolution des crocodiliens, soutenue en 1981, Eric Buffetaut s'est orienté vers l'étude d'autres groupes de vertébrés fossiles, notamment les dinosaures, les ptérosaures et les oiseaux primitifs. Ses recherches sur le terrain l'ont mené au Canada, au Mali, en Tunisie, au Pakistan, en Inde, en Corée du Sud, en Chine et en Thaïlande. Ses recherches actuelles portent notamment sur les dinosaures et autres vertébrés du Crétacé supérieur du Sud de la France, et sur l'évolution des faunes de vertébrés mésozoïques en Asie du Sud-Est, en collaboration avec le Service géologique de Thaïlande. Il est d'ailleurs co-directeur du Centre de Recherches Paléontologiques de l'Université de Maha Sarakham, en Thaïlande. Les recherches ainsi menées en Thaïlande ont ainsi conduit à la découverte du plus ancien tyrannosaure connu, et du premier dinosaure sauropode du Trias. Les dinosaures de la plate-forme adriatique constituent un autre de ses domaines de recherches actuels, en collaboration avec des paléontologues slovènes.

Un autre thème paléontologique abordé par Eric Buffetaut est celui des grandes extinctions, et en particulier de celle de la limite Crétacé-Tertiaire, provoquée par un impact d'astéroïde, qui provoqua entre autres la disparition des dinosaures.

Il s'intéresse également à l'histoire de la paléontologie, et a publié divers ouvrages sur ce sujet.

Eric Buffetaut a participé à la fondation du Musée des Dinosaures d'Espéraza (Aude), et il est actuellement président de l'Association Dinosauria, qui gère ce musée.

Eric Buffetaut est Professeur honoris causa de l'Université de Bucarest (Roumanie).

Eric Buffetaut est l'auteur d'environ 400 articles et ouvrages scientifiques.

Livres

Sommes-nous tous voués à disparaître ?

Cliquez pour découvrir et acheter le livre de l'auteur

Que nous racontent les fossiles ?

Que peuvent nous dire les fossiles, ces restes d'animaux et de plantes conservés dans les roches de l'écorce terrestre ? Pour le savoir, il a d'abord fallu comprendre qu'ils n'étaient pas de simples « jeux de la nature », créés par des forces mystérieuses. Une fois reconnue leur vraie nature, il est apparu qu'ils pouvaient nous raconter l'histoire des êtres vivants sur notre planète.

C'est en essayant de reconstituer cette longue histoire que l'idée d'évolution des espèces s'est imposée. Même si c'est en étudiant la biologie des êtres qui vivent aujourd'hui que l'on peut comprendre les mécanismes des mutations et de la sélection naturelle, qui sont les moteurs de l'évolution, c'est grâce aux fossiles que nous pouvons retracer le déroulement de cette évolution au fil des milliards d'années de l'histoire de la Terre.

Sans les fossiles, l'épopée du monde vivant nous demeurerait inconnue.

Métier

Défense et illustration de la paléontologie

Un coteau languedocien sous le soleil de midi, dans le bruissement des cigales, une bibliothèque parisienne un soir d'hiver, alors que les lumières s'allument dans la rue, un laboratoire thaïlandais dans l'ombre d'un temple bouddhiste, les boiseries et les vitrines chargées de fossiles d'un grand musée anglais...

Le métier de paléontologue n'est pas nécessairement ce que l'on en pense, et les images qui en ont été répandues peuvent en donner une idée inexacte. Le paléontologue a souvent été vu comme un tenant d'une science poussiéreuse, penché sur de vieux ossements dans les recoins d'un musée, avant de prendre, par le truchement du cinéma, les traits d'un aventurier bravant les dangers les plus divers pour extraire ces mêmes vieux ossements d'une autre poussière, celle d'un désert lointain.

La réalité, évidemment, n'est dans aucun de ces stéréotypes, même si elle tient un peu des deux. Aller récolter des fossiles sur le terrain est certes une des activités essentielles des paléontologues, même si certains d'entre eux s'y adonnent très peu. Ce travail peut parfois être aventureux, il est en tout cas souvent dépaysant - mais on peut découvrir des fossiles nouveaux et importants sans pour autant courir le monde, sur une plage normande, dans une carrière du Jura, ou dans une vigne provençale.

L'aventure que constitue la découverte paléontologique est avant tout intellectuelle, elle tient du voyage dans le temps plutôt que dans l'espace. Mais tout n'est pas intellectuel, loin de là, dans le travail sur le terrain, qui exige souvent plus de transpiration que d'inspiration, lorsqu'il s'agit d'arracher à la roche, avec la plus grande minutie, des objets qui pour être fossiles n'en sont pas moins fragiles.

Les débuts plutôt physiques de l'enquête paléontologique ne sont que les préliminaires à un travail de longue haleine d'identification et de comparaison. Le fossile ne livre pratiquement jamais tous ses secrets sur le terrain, lors de sa découverte. Après des heures, des jours ou des mois de préparation au laboratoire, il n'est pas encore pour autant nommé et classé. Entre le moment où un fossile est trouvé et celui où il est décrit et interprété dans une publication scientifique, il peut s'écouler des années. La comparaison est une des activités principales du paléontologue, comparaison avec les descriptions dispersées dans des centaines d'articles ou de monographies publiées depuis plus de deux siècles, ou avec les spécimens eux-mêmes, stockés dans des musées répartis dans le monde entier. A la recherche des objets de comparaison, le paléontologue peut être de nouveau appelé à parcourir le monde. Avant que ses descriptions et conclusions ne voient le jour dans quelque revue scientifique, le chercheur aura donc pu être successivement terrassier, rat de bibliothèque, et touriste d'un genre particulier.

La diversité dans les activités est donc un des attraits du métier, tout comme l'est la possibilité qu'il donne de voyager, et de rencontrer les gens les plus variés. Mais le plus stimulant pour l'esprit est de savoir que tout, ou presque, peut arriver, tant sont grands les rôles du hasard et de l'imprévisible dans la découverte paléontologique. On peut être sûr, parce que l'on a des indices en main, que l'on trouvera des fossiles en un lieu donné, mais on ne peut jamais savoir avec certitude ce que l'on va découvrir.

Bien au-delà du plaisir d'amasser des spécimens (le paléontologue professionnel cesse généralement très vite d'être un collectionneur), c'est cette incertitude, ou plutôt cette certitude de la surprise, qui est un des grands charmes de la paléontologie.

Eric Buffetaut