Planète

La cuscute

Dossier - Les plantes parasites
DossierClassé sous :botanique , plantes , parasite

-

Les plantes parasites représentent un véritable danger pour de nombreuses cultures vivrières et essences ligneuses des zones tempérées et tropicales. Leur mode de vie parasitaire provoque des pertes de rendement souvent considérables.

  
DossiersLes plantes parasites
 

La cuscute est une plante holoparasite (pas de chlorophylle) épiphyte.

La tige forme des filaments non chlorophylliens qui s'enroulent autour des tiges des plantes hôtes et y enfoncent des suçoirs. Elle apprécie particulièrement les cultures maraîchères (tomate, carotte, aubergine) mais aussi la luzerne.

Champ de luzerne envahi par la cuscute © Georges Sallé

Les graines des cuscutes sont relativement petites (1 à 1,5 mm de diamètre). Elles sont produites en grand nombre (2000 à 3000 par tige) et recouvertes par un tégument pluristratifié, brunâtre et très coriace dont l'imperméabilité est responsable d'une dormance tégumentaire profonde.

Après une altération du tégument par les microorganismes du sol, la germination donne naissance à un organe basal renflé ("basal body" des auteurs anglo-saxons), partiellement recouvert de papilles, qui demeure dans le sol. Simultanément, la tige s'allonge, se débarrasse des restes des téguments et forme un crochet caractéristique. L'organe basal renflé a une vie éphémère car il dégénère en quelques jours de façon acropète tandis que la tige, grâce à des mouvements de circumnutation, explore les environs à la recherche d'une tige hôte potentielle.

Plant de cuscute en fleur © Georges Sallé

Si elle n'en rencontre pas, l'organe basal renflé puis la plantule toute entière dégénèrent. En revanche, si elle atteint une tige hôte, elle s'enroule autour en formant plusieurs spires au niveau desquelles se différencient des suçoirs qui progressent en direction des éléments conducteurs de la tige.

Enroulement d'un filament de cuscute autour d'une tige. © Georges Sallé

Une fois fixée, l'extrémité de la tige de cuscute subit une croissance rectiligne jusqu'à ce qu'elle rencontre une autre tige hôte.

Coupe transversale d'une tige parasitée. La section passe par une fraction d'une spire de cuscute (colorée en rouge). On distingue trois suçoirs qui ont pénétré dans les tissus de l'hôte et ont atteint le xylème (tissu conducteur de la sève brute). © Georges Sallé

Les tiges de cuscute, pourvues d'écailles sans chlorophylle, portent des rameaux latéraux qui permettent une extension très rapide de la plante. Une graine donne un individu qui est capable de couvrir plusieurs m2 de fins filaments jaune orangé, d'où le nom de "filets de Dieu" communément donné à la cuscute par les maraîchers.

Détail de la section précédente montrant le développement des tissus du parasite au sein des tissus de l'hôte. © Georges Sallé

Tout au long des spires formées par la tige, la cuscute développe des suçoirs qui pénètrent dans la tige de l'hôte jusqu'au système conducteur.