Planète

Une abeille et un papillon boivent dans les larmes d'un caïman

ActualitéClassé sous :zoologie , caïman , Papillon

Où trouver des minéraux et des protéines quand on est un insecte volant dans une forêt vierge ? C'est dans les larmes d'un caïman qu'un papillon et une abeille semblent prélever ces nutriments. Une image insolite saisie au Costa Rica par un chercheur en écologie.

Un papillon et une abeille se désaltèrent au coin de l'œil d’un caïman, le long du Río Puerto Viejo, au Costa Rica. © Carlos de la Rosa

En décembre 2013, un bateau transportant des étudiants, des photographes et le directeur de la station biologique de La Selva, Carlos de la Rosa, passait lentement sur le Río Puerto Viejo, dans le nord-est du Costa Rica. Leur attention a été attirée par une scène surprenante : un caïman à lunettes (Caiman crocodilus) se reposait sur les rives pendant qu'un papillon Dryas iulia, un lépidoptère de la famille des nymphalidés, et une abeille (Centris sp.) se désaltéraient dans ses larmes, au coin de l'œil.

Le reptile, cousin du crocodile, se dorait au soleil et restait passif. Les passagers du bateau ont pu observer la scène pendant 15 minutes, suffisamment longtemps pour prendre des clichés, dont l'un présenté dans le dernier numéro de Frontiers in Ecology and the Environment. Le chercheur a pu y relater l'événement et le relier à des observations faites par d'autres personnes.

Carlos de la Rosa dirige la station biologique de La Selva au Costa Rica, dans une forêt tropicale humide de moyenne altitude où il a vu une abeille et un papillon boire les larmes d’un caïman. © Carlos de la Rosa

Les larmes de caïman, source de sel et de protéines pour des insectes

De retour à la station biologique, le scientifique a fait une recherche sur le phénomène et a été surpris de trouver de nombreux témoignages concordants : photographes professionnels, touristes et scientifiques ont décrit des insectes buvant dans des larmes. Le phénomène ne serait pas si rare, seulement difficile à prendre sur le vif.

Ce comportement « lacryphage » des papillons et des abeilles a aussi été rapporté dans des revues scientifiques : dans des travaux publiés en 2012, Olivier Dangles et Jérôme Casas ont décrit une abeille solitaire (Centris sp.) qui buvait dans les larmes d'une tortue de rivière à taches jaunes (Podocnemis unifilis) dans le parc national Yasuni, en Équateur. De même, dans un article de 2013, Plotkin et Goddard ont étudié les différents fluides animaux pouvant servir d'alimentation aux lépidoptères : sang, sueur et larmes.

Se nourrir dans les larmes serait donc assez courant chez certains insectes, car cela leur permet d'accéder à une source riche en minéraux et protéines. C'est d'autant plus intéressant pour eux lorsque l'environnement manque de sel. En effet, à part dans l'océan, le sel est souvent rare sur terre, en particulier pour les espèces végétariennes. C'est pourquoi on peut aussi parfois observer des papillons boire dans des flaques de boue. Alors pourquoi pas les larmes de crocodiles ?