Tesla Motors a montré dans une vidéo un système robotisé de recharge adapté à ses propres voitures électriques. © Tesla Motors

Planète

Un robot chargeur de voiture électrique chez Tesla Motors

ActualitéClassé sous :développement durable , voiture électrique , recharger une voiture électrique

Le fabricant américain de voitures électriques haut de gamme, Tesla Motors, l'entreprise dirigée par Elon Musk, a présenté en vidéo une sorte de bras robot capable de fixer une prise électrique sur un véhicule. De quoi imaginer des parkings automatisés.

Les constructeurs automobiles nous promettent des voitures autonomes capables d'aller se garer seules au fond des parkings souterrains, lesquels sont de plus en plus nombreux à proposer des places avec chargeur. L'idée d'installer des systèmes de recharge automatisés n'est donc pas dénuée de sens.

Tesla Motors, qui commercialise des voitures électriques de luxe, tient manifestement à rester sur le devant de la scène médiatique. Sur YouTube, l'entreprise vient de montrer un bras robotisé capable, apparemment, d'enficher le connecteur du chargeur sur la prise d'une Model S sans aucune intervention. En forme de serpent annelé, l'engin, placé à environ un mètre du véhicule, semble guidé par un repère lumineux entourant la prise.

La voiture en place, le bras robot amène le connecteur dans la prise de cette Model S. © Tesla Motors

Des solutions novatrices... à standardiser

Il s'agit bien d'une prise, donc une connexion par câble et non par induction, une solution sans fil pour des bornes de recharge installées en extérieur. De nombreux constructeurs étudient actuellement cette solution, jugée plus sûre et plus fiable. C'est le cas par exemple de Volkswagen avec son système V-Charge complètement automatique. Mais, arguant que le principe induit une perte et réduit le courant de charge possible, Tesla Motors préfère le bon vieux câble. Il est vrai que la Model S, avec des batteries de grandes capacités, de 70 à 90 kWh (22 kWh pour une Renault Zoé), a besoin de courants vraiment élevés. Les « Superchargeurs » de la marque, équipant un petit réseau de stations, déversent une puissance de 120 kW, contre 43 à 50 kW pour les bornes publiques de recharge rapide.

Comme à son habitude, la firme d'Elon Musk ne donne pas de détails techniques. Il en était de même en décembre dernier quand le médiatique président a montré un système automatisé d'échange de batterie. En une minute et demie, une voiture électrique stationnée au-dessus du dispositif voyait sa batterie vide remplacée par une neuve. De quoi recharger plus vite que le temps de faire le plein d'un réservoir classique.

Les efforts des constructeurs pour faire rouler des voitures électriques, comme Tesla Motors, Renault, Nissan, BMW et d'autres, sont visiblement importants et souvent originaux. Mais après la démonstration de solutions techniquement possibles viennent les questions, plus triviales, de leur déploiement et de leur standardisation.