Mots-clés |
  • paléontologie,
  • géologie

Ère géologique

PDF

Une ère géologique correspond à la deuxième plus grande unité de temps sur l’échelle des temps géologiques derrière l'éon.

L’histoire de la Terre se divise en dix ères :

  • Éoarchéen : de -4,0 à -3,6 milliards d'années ;
  • Paléoarchéen : de -3,6 à -3,2 milliards d'années ;
  • Mésoarchéen : de -3,2 à -2,8 milliards d'années ;
  • Néoarchéen : de -2,8 à -2,5 milliards d'années ;
  • Paléoprotérozoïque : de -2,5 à -1,6 milliard d'années ;
  • Mésoprotérozoïque : de -1,6 à -1 milliard d'années ;
  • Néoprotérozoïque : de -1 à -0,541 milliard d'années ;
  • Paléozoïque : de -541 à -252 millions d’années ;
  • Mésozoïque : de -252 à -66 millions d’années ;
  • Cénozoïque : de -66 millions d’années à nos jours.

Ères géologiques définies par des données stratigraphiques

Toujours sur l’échelle des temps géologiques, chaque ère est divisée en systèmes, séries et étages. Leurs limites ont été définies sur la base de références stratigraphiques, sauf pour les unités temporelles du Précambrien, un superéon s'étendant de l'Éoarchéen au Néoprotérozoïque, dont les limites ont été choisies de manière empirique. En d’autres mots, les trois dernières ères géologiques ont été définies en se basant sur des critères paléoenvironnementaux, paléontologiques ou sédimentaires.

La limite inférieure de l’ère géologique du Paléozoïque, -542 millions d’années, correspond au moment où de nombreux fossiles multicellulaires issus de plusieurs embranchements ont acquis des capacités de biominéralisation. © kevinzim, Flickr, cc by 2.0 La limite inférieure de l’ère géologique du Paléozoïque, -542 millions d’années, correspond au moment où de nombreux fossiles multicellulaires issus de plusieurs embranchements ont acquis des capacités de biominéralisation. © kevinzim, Flickr, cc by 2.0

Ère géologique - 1 Photo


connexes

Vos réactions

Chargement des commentaires