Mots-clés |
  • Homme

Une tribu amazonienne « non contactée » mais filmée

À l’est du Brésil, une tribu inconnue a été repérée par avion dans la forêt amazonienne. Venue du Pérou, elle s’est éloignée vers l’est devant l’avance des bûcherons péruviens. Leurs images sont diffusées pour que leur existence ne puisse plus être niée.

Des Amérindiens d'Amazonie surpris dans leur vie quotidienne. On remarque les racines de manioc (en blanc, à gauche), les papayes dans un panier (à gauche) et des feuilles de bananiers (à droite). © Gleison Miranda/Funai/Survival (site Survival France) Des Amérindiens d'Amazonie surpris dans leur vie quotidienne. On remarque les racines de manioc (en blanc, à gauche), les papayes dans un panier (à gauche) et des feuilles de bananiers (à droite). © Gleison Miranda/Funai/Survival (site Survival France)

Une tribu amazonienne « non contactée » mais filmée - 2 Photos

PDF

On les qualifie de « non contactées ». Dans la forêt amazonienne, il existe encore, en effet, des tribus d’Indiens qui n’ont jamais eu de contact avec notre civilisation, en particulier à l’ouest du Brésil, près de la frontière péruvienne. On sait que ces peuples ont fait l’objet de massacres de la part de fermiers qui agrandi leurs cultures au détriment de la forêt et de ses habitants. En témoigne l’histoire des Akuntsu, dont il ne reste plus que quelques représentants.

Cette semaine, la BBC 1 a diffusé des images filmées depuis un petit avion par une équipe de la Funai (Fundação Nacional do Índio), l’organisme brésilien chargé des affaires indiennes. L’organisation Survival montre sur son site un extrait du film, que nous présentons ici, ainsi que plusieurs photographies.


Les images filmées par José Carlos  Meirelles (Funai) et montrant cette tribu isolée, près la rivière Envira, non loin de la frontière péruvienne. Les commentaires sont en anglais. Des sous-titres français sont présents sur la version diffusée sur le site de Survival France. © BBC/Funai/Survival

Pression sur le Pérou

Prises de loin, les images montrent des hommes et des femmes couverts de peinture rouge (les peintures corporelles constituent un art et un moyen de communication pour les Amérindiens, mais sont aussi un moyen d’éloigner les insectes). On remarque des racines de manioc, des papayes et des feuilles de bananiers.

Ils semblent en bonne santé et l’objectif est désormais… de les laisser vivre en paix. Aujourd’hui, les contacts ne sont en effet plus recherchés car ils se terminent en général très mal pour les tribus, parfois simplement à cause de virus qui leur sont transmis. D’ailleurs, les découvertes de nouvelles tribus ne sont pas toujours rendues publiques.

Un Indien, enduit de roucou, une peinture corporelle rouge, photographié au milieu d'une bananeraie. © Gleison Miranda/Funai/Survival (site Survival France)
Un Indien, enduit de roucou, une peinture corporelle rouge, photographié au milieu d'une bananeraie. © Gleison Miranda/Funai/Survival (site Survival France)

Alors pourquoi médiatiser celle-ci ? Pour prouver que cette tribu existe bien, explique en substance la Funai. Ce groupe aurait en effet migré depuis le Pérou, où ils sont chassés par des bûcherons lancés dans des déforestations illégales. Or, le Pérou refusait jusque-là de reconnaître l’existence même de ces tribus.

Pour la Funai, c’est un exode de populations qui est en train de survenir. Selon Survival France, ces actions auraient déjà porté leurs fruits, le gouvernement péruvien vient d’annoncer qu’il se rapprochait de la Funai brésilienne pour enrayer la progression des bûcherons et protéger les Amérindiens vivant dans ces régions.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires