Expert Planète

Stella Diamant

Biologiste spécialiste du requin-baleine

Classé sous :Planète , alimentation du requin baleine , nage du requin baleine
C’était un rêve au début, finalement je l’ai fait, j’ai tout quitté pour mettre sur pied un projet improbable dans un endroit qui me tenait à coeur. Cela n’a pas été facile, mais je le referait sans hésiter. A présent je souhaite encourager ceux qui hésitent encore à se lancer dans une autre vie où la nature est reine. Chaque jour des espèces disparaissent, des espèce que nous n’avons pas eu le temps d’étudier en tant que scientifiques, ou bien que nous connaissons trop bien. A travers mon métier et ma passion j’espère inspirer les gens au changement, ce via des plateformes comme Futura-Sciences que je soutiens dans son partage ludique et intelligent de la science auprès du grand public, et grâce à qui nous pouvons partager nos passions directement. Chaque effort compte et ensemble, nous pouvons avoir un impact positif sur l’environnement.
Stella Diamant, Biologiste spécialiste du requin-baleine

Biographie

Originaire de Bruxelles, Stella Diamant s'est intéressée très tôt aux questions environnementales. Elle a d'abord étudié la biologie à l'Université
de Warwick au Royaume-Uni, où elle s'est concentrée sur les effets de la pollution par les plastiques sur les environnements marins, avant d'être acceptée en 2011 au « Youth Volunteer Internship Program » avec l'organisation « WWF ». Ce programme lui a permis de voyager à Madagascar pour étudier la sensibilisation à la conservation marine. En 2014, elle a poursuivi ses études avec une maîtrise en sciences de l'écologie et de la conservation à l'Imperial College London.

Après avoir obtenu son diplôme, elle a lancé un projet intitulé « Madagascar Whale Shark Project » sur l'île de Nosy Be. Cela fait maintenant quelques années qu'elle se consacre à l'étude des requins-baleines. Ces derniers figurent sur la liste des espèces menacées au plan mondial en raison du commerce de leurs ailerons. Les objectifs poursuivis par ce projet unique au monde reposent sur deux approches principales : d'une part, l'étude des requins-baleines et, d'autre part, la sensibilisation des acteurs locaux, deux éléments indispensables à la préservation de leur conservation.

Stella Diamant en plongée près d'un requin-baleine. © Simon Pierce, tous droits réservés

Pour étudier ces animaux marins, Stella et son équipe recueillent des données sur leurs mouvements ou leurs habitudes alimentaires. Ils utilisent également la photo-identification pour identifier les requins-baleines et déterminer si leur population augmente ou diminue. Leurs recherches ont permis de découvrir que les eaux  entourant l'île de Nosy Be constituaient un point chaud pour l'alimentation des juvéniles. D'où la nécessité de protéger la zone pour pérenniser l'espèce.

Le projet bénéficie d'une couverture médiatique importante à travers le monde. La « BBC », le quotidien d'information britannique « The Telegraph », la revue « Diver Magazine », la maison d'édition « Lonely Planet », la chaîne de télévision française « TF1 », la Radio-Télévision belge francophone « RTBF », le magazine « Oceanographic », la plate-forme d'information « Mongabay », et dernièrement, le « Madagascar Whale Shark Project » était à l'honneur sur la chaîne britannique « BBC » dans la série de reportages « Blue Planet Live ». 

Stella a reçu le prix « Vocatio », récompensant les jeunes entrepreneurs en Belgique, en 2018, et a enregistré son projet comme fondation en 2019, à l'âge de 29 ans. Elle espère à présent identifier des sources de financements sur la durée pour le projet. Stella est aussi photographe et dessinatrice, et adore voyager.

Une série de règles éthiques a été mise en place comme par exemple interdire aux bateaux d'être à moins de quinze mètres d'un requin-baleine et aux nageurs d'utiliser un flash lorsqu'ils photographient les animaux. Depuis la publication de ce code, qui a été affiché dans de nombreux lieux publics et hôtels de l'île, des progrès clairement visibles ont été enregistrés en mer. Comme les requins-baleines sont moins stressés, leurs interactions avec les êtres humains sont plus pacifiques. Outre l'affichage du code, le personnel du « MWSP » mène des campagnes de sensibilisation pour inciter la population à l'importance socio-économique de ces espèces, en particulier auprès des enfants malgaches, afin de les transformer en ambassadeurs de la  biodiversité. En effet, les jeunes insulaires constituent l'un des relais les plus importants dans un pays où la pauvreté ne place généralement pas les questions environnementales au premier rang des priorités.

Métier

Biologiste de métier, Stella s'intéresse au requin baleine depuis 2015, à la suite de sa première rencontre avec le plus grand poisson du monde en décembre 2014 à Madagascar.

Depuis, elle s'est formée à l'apnée, à la collecte de données mais surtout à la gestion de projet, en dirigeant sa fondation le « Madagascar Whale Shark Project » depuis 2016.

Chaque année, Stella repart à Madagascar, afin d'étudier les requins baleines, de former son équipe et de sensibiliser les communautés sur place de Septembre à Décembre. Le reste de l'année, elle navigue entre sa Belgique natale, ses proches en Europe et des cafés ou co-working où elle travaille 7 jours sur 7 sur le projet, afin d'identifier des financements pour le projet et d'analyser ses données.

Stella collabore aussi avec de nombreux scientifiques sur le projet, et malgré les difficultés financières, est ravie de pouvoir vivre son rêve et se concentrer sur son projet.