Tech

Nous transformerons-nous en lecteurs de carte à puce ?

ActualitéClassé sous :technologie , carte à puce , lecteur de carte

Est-ce la fin du lecteur de carte tel que nous le connaissons ? Un groupe de recherches japonais expérimente un nouveau système qui utilise la conductivité naturelle du corps pour transmettre les données à des capteurs.

Transmision de données. (Domaine public)

Selon NTT Microsystem Integration Laboratories, notre corps pourrait servir de transmetteur entre un badge simplement glissé dans la poche ou le sac à main et des capteurs spéciaux intégrés à des portes ou à des appareils, ou bien encore dissimulés dans le sol. De cette façon, les données pourraient s'échanger entre une puce électronique et un ordinateur central sans qu'il soit nécessaire de faire le geste de glisser notre carte dans une fente ou de l'exposer à un capteur.

Cela peut paraître anodin ou même superflu, cependant, dans bien des circonstances, cette avancée serait accueillie favorablement. Il suffit de penser aux entreprises ou aux usines, dans lesquelles, de nombreuses fois par jour, on doit franchir des portes à badge, parfois les bras chargés. Avec un contact à distance, elles pourraient s'ouvrir seules au passage de la personne. Star Trek n'est plus très loin... On pense aussi à ces usines où les manutentionnaires se voient obligés de porter un bonnet pour maintenir leurs cheveux par mesure de sécurité, alors que le règlement les oblige à laisser pendre un badge en sautoir autour du cou...

Est-ce la fin du lecteur de cartes à puce ? (Domaine public)

Mitsuru Shinagawa, un des chercheurs du groupe, évoque d'autres applications. Et notamment la possibilité qu'émerge un nouveau type de communication favorisant les contacts humains alors que paradoxalement, l'étendue et la généralisation des réseaux de type Internet, si elles favorisent cette communication, éloignent physiquement les individus.

Poignée de mains à haut débit

Il donne ainsi l'exemple d'un médecin qui pourrait mesurer divers paramètres d'un malade simplement en le touchant. Les informations figurant température, pouls, et même certaines données d'ordre neurologiques, transiteraient par le corps du praticien jusqu'à un appareil qu'il porterait sur lui et les traduiraient instantanément en mesures exploitables. M. Shinagawa estime que cette façon de procéder serait moins anxiogène pour le patient et gagnerait du même coup en fiabilité en réduisant le fameux "syndrome du médecin", qui fait grimper la tension artérielle à la simple vue d'un tensiomètre...

Et ce n'est pas tout ! D'autres firmes, comme la société NTT DoCoMo, étudient déjà un prototype qui permettrait à deux personnes d'échanger leurs coordonnées simplement en se serrant la main. Une simple et amicale poignée de mains pour remplacer une horrible carte de visite - que l'on perd souvent. N'est-ce pas une belle idée ?

Un autre chercheur de DoCoMo, Yuji Nakayama, va encore plus loin et prédit que le corps humain pourrait servir à acheminer la musique depuis un baladeur enfoui dans la poche a un casque stéréo, en supprimant les fils et sans faire appel à un système de transmission radio. Selon lui, il deviendra aussi possible de payer ses achats à la caisse d'un magasin sans sortir sa carte de crédit. Mais il ne dit pas si nous devrons serrer la main de la caissière...

Plus sérieusement, des études sont aussi en cours pour déterminer les effets potentiels de cette nouvelle technologie sur le corps humain. Jusqu'à présent, aucun risque n'a été identifié.