Tech

Un Linux ultra-sécurisé pour le Ministère français de la Défense

ActualitéClassé sous :Tech , linux , sécurisé

-

Le Ministère de la Défense vient de débloquer 7 millions d'euros sur trois ans pour financer le développement d'une distribution de Linux sécurisée capable de répondre aux exigence du gouvernement et des grandes entreprises. Le contrat associe plusieurs entreprises françaises dont l'éditeur Mandraksoft.

Un Linux ultra-sécurisé pour le Ministère français de la Défense

En trois ans et pour un budget de sept millions d'euros, un consortium de cinq entreprises françaises a pour mission de concevoir une distribution de Linux ultra-sécurisée capable de rivaliser avec les meilleurs -et très chers- systèmes renforcés anglo-saxons.

Financé par le Ministère de la Défense, le projet vise à doter la France d'une alternative sérieuse en matière de système d'exploitation sécurisé pour l'usage du gouvernement, de la défense et des entreprises.

Mais que l'on ne s'y trompe pas : aux vues des ambitions du projet, ce n'est pas tant Microsoft qui a le plus à craindre ce nouveau système, mais plutôt les Unix commerciaux. En effet, ce Linux devra être capable de décrocher la certification EAL5, un niveau de sécurité qu'aucun Windows n'est capable d'atteindre.

Seuls quelques Unix très spécifiques jouent dans cette ligue là (Bull, HP...), et ils coûtent bien sûr très cher. Du côté de Linux, HP commercialise certes son "HP Secure OS Software for Linux", mais il est lui aussi très onéreux.

La seule alternative réellement libre est à l'heure actuelle SELinux, un système sécurisé développé par la National Security Agency (NSA) aux Etats-Unis. Mais contrairement aux Unix commerciaux renforcés, aucun de ces deux systèmes basés sur Linux n'a été formellement certifié faute d'un volontaire pour payer la facture (pas même HP ne s'y est aventuré, qui pourtant facture son Linux près de 3000 euros).

Ainsi, plus qu'un Linux sécurisé, c'est surtout son officialisation au plus niveau de sécurité que finance le Ministère de la Défense.

Cette distribution hexagonale sera basée sur Mandrake Linux, le produit phare de l'éditeur Français Mandrakesoft. Bien sûr, il s'agira d'une version très lourdement modifiée qui introduira notamment les notions de virtualisation et de partionnement hardware pour une meilleure compartimentation du système.

Une fois finalisée, la distribution sera mise à disposition de la communauté sous une licence Libre traditionnelle.