Tech

Le "langage SMS" contamine-t-il la langue écrite ?

ActualitéClassé sous :Tech , SMS , langage SMS

-

Le "langage SMS", fait d'abréviations, de phonétisations, de sigles et de rébus ("a12c4" pour "à un de ces quatre") est-il en train de détourner les jeunes de la langue classique, sur tous les médias ? Certains le craignent, et un "Comité de lutte contre le langage sms et les fautes volontaires" s'est même créé en 2004.

Le langage SMS hérité du téléphone portable...

Une équipe de psychologues et de linguistes des universités de Picardie et de Rouen s'est attachée à mesurer cet effet. Elle a présenté ses premiers résultats dans le cadre du colloque "Société de l'information" du CNRS, qui s'est tenu à Lyon du 19 au 21 mai 2005. Les chercheurs ont demandé à 18 étudiants et 18 collégiens de communiquer sur un même sujet (la description d'un itinéraire entre deux points) par SMS, par courriel et sur papier. Résultat : les SMS sont significativement plus courts que les courriels, eux-mêmes plus courts que les indications produites à l'aide d'un papier et d'un crayon. Les mots tronqués sont également beaucoup plus fréquents dans les SMS. Autrement dit, le langage SMS serait avant tout le produit d'une recherche d'économie de temps et d'effort, afin de réduire le nombre de pressions sur le clavier numérique d'un téléphone ; en revanche, les utilisateurs font assez aisément la différence entre les supports et n'écrivent pas de la même manière en fonction des possibilités et des contraintes de chacun.

Autre enseignement intéressant : le langage SMS s'apprend, comme les autres. Les messages SMS des collégiens et des étudiants ont à peu près la même longueur, mais les étudiants les tapent beaucoup plus vite que leur cadets, qui ont souvent besoin de pauses, sans doute pour inventer le raccourci qui permettra de faire passer le message.

Ce qui n'empêche pas, en revanche, les jeunes comme certains adultes de jouer du langage SMS comme source de création ou forme d'identification communautaire (lire aussi le billet -ci dessous- de Jean véronis, qui pousse bien plus loin le bouchon).