Un trou de ver (wormhole en anglais) traversable connecte deux régions de l'espace-temps. © vchalup, fotolia

Sciences

Les trous de ver permettent-ils de voyager entre les étoiles ?

Question/RéponseClassé sous :théorie de la relativité générale , Matière , Nature
 

Découverts théoriquement par Albert Einstein, les trous de ver sont des sortes de tunnels dans l'espace-temps. Mais existent-ils vraiment ? Et si oui, permettraient-ils de voyager entre les étoiles ?

Interview : un trou de ver pourrait-il relier deux univers ?  Les trous de ver sont des objets hypothétiques censés relier deux régions distinctes de l’espace-temps. Formant un raccourci, ils permettraient à la matière, et peut-être aux humains, de se déplacer plus rapidement. Futura-Sciences a interviewé Roland Lehoucq, astrophysicien, pour qu’il nous parle plus en détail de ce concept. 

Il n'existe aucune indication qu'il soit un jour possible à un vaisseau spatial de dépasser la vitesse de la lumière. Mais s'il n'est pas possible de voyager plus vite que la lumière dans le cosmos, on peut imaginer qu'il existe des sortes de raccourcis connectant deux régions de l'espace-temps.

Différents types de trous de ver

La théorie de la relativité générale d'Einstein contient des solutions décrivant de tels raccourcis. Ils sont comparables à des tunnels creusés par des vers dans une pomme et permettant de passer plus rapidement d'une région de la surface de cette pomme à une autre. Pour cette raison, le physicien John Wheeler les a appelés trous de ver.

Malheureusement, traverser les tunnels de certaines de ces solutions revient à plonger dans un trou noir avec une mort certaine à mi-chemin pour les voyageurs. D'autres sont sans danger mais leur ouverture nécessiterait une énergie bien supérieure à celle produite par le Soleil. De plus, de tels raccourcis dans l'espace permettraient de voyager dans le temps, avec tous les paradoxes que cela implique. Par conséquent, on considère que l'on ne peut pas voyager entre les étoiles avec des trous de ver traversables.

À ce jour, il n'y a aucune preuve expérimentale de l'existence des trous de ver.