Sciences

La frontière des sectes

Dossier - Sciences, sectes et religion
DossierClassé sous :philosophie , sectes , Magazine Science

-

L'intensification de l'activité des sectes n'apparaît aujourd'hui comme une évidence qu'à la faveur de faits divers dramatiques qui traduisent la désadéquation des anciennes formes de l'association sectaire beaucoup plus qu'ils n'incitent à la reconnaissance des versions modernes et intégrées du phénomène

  
DossiersSciences, sectes et religion
 

L'intensification de l'activité des sectes n'apparaît aujourd'hui comme une évidence qu'à la faveur de faits divers dramatiques qui traduisent la désadéquation des anciennes formes de l'association sectaire beaucoup plus qu'ils n'incitent à la reconnaissance des versions modernes et intégrées du phénomène. La nouveauté propre à la fin du XXe siècle réside en effet dans le brouillage méthodique des signes qui permettaient auparavant de reconnaître le phénomène de secte à son double caractère dissimilatif et clonal (association de copies d'un modèle dissociatif) ( La logique de secte est une logique de clone. Le généticien Philippe Lherminier a développé cette idée dans P. Tort (dir.), Darwinisme et société, Paris, PUF, 1992.)

Dans sa version traditionnelle la seule médiatiquement reconnue et présentée, une secte se caractérise par un enseignement homogène, resserré autour d'une personnalité inspiratrice centrale, source ou relais d'une vérité et d'une règle dont l'acceptation conditionne l'appartenance de chaque membre à la communauté, en même temps qu'elle trace la frontière qui sépare celle-ci du monde extérieur. Suivant un schéma qui a l'âge de la domination politique - donc des religions -, une secte est un ensemble d'assujettis qui s'identifient dans et par une obéissance commune, et à l'intérieur duquel une croyance spirituelle traduite en doctrine et en préceptes de comportement fonde le pouvoir temporel de ses interprètes institués. Il n'y a, hormis le nombre des assujettis, aucune différence, quant au processus de formation et au mode initial d'existence et de recrutement, entre la plus petite secte et la plus grande religion. Pour que l'association tienne face à ce dont elle se dissocie, il faut qu'elle réalise en son sein la plus grande conformité possible entre ses membres, unifiés par le devoir de cultiver et de reproduire en eux-mêmes le modèle de la dissociation fondatrice.

La réaction récente des démocraties au phénomène sectaire - à cause des violences envers les individus, des abus de pouvoir, des malversations économiques, des manipulations psychologiques, voire des pratiques criminelles mises en œuvre ou encouragées au sein de tels groupements - a déterminé de la part de ces derniers un remaniement sensible des stratégies d'auto-présentation. Ordinairement, une secte recrute en excluant : l'individu recruté s'exclut du monde, et rejette le monde qui n'accepte pas de le rejoindre dans son auto-exclusion, ce qui pour autant n'empêche nullement la secte de vivre par cet extérieur qu'elle rejette, et dont elle a pourtant fondamentalement besoin comme d'une polarité obscure, comme d'un espace à conquérir, comme d'une ressource, d'un réservoir ou d'un vivier. Une secte est une nasse. Une fois l'individu capturé, il sert d'appât pour en attirer d'autres. Le totalitarisme interne, qui exige l'adhésion absolue de chacun à la croyance de la secte et à ce qu'elle commande de pratiques différentes quant à la régulation de la vie individuelle, est l'opérateur constant de la distinction entre la secte et ce dont elle entend significativement se dissocier. Dans la représentation courante, une secte ne saurait tolérer en son sein d'espaces d'autonomie critique ni de remise en cause de ce qui la fonde dans sa volonté affichée de différence. Si l'on peut imaginer une fusion entre groupements proches reconstituant une homogénéité de croyances et de pratiques, il n'a guère été possible jusqu'ici de penser comme vraisemblable la constitution d'une « fédération » incluant des croyances diverses ou opposées, et pratiquant une politique d'ouverture et de débat.