Photo composite de l'essaim météoritique des Perséides, le plus célèbre de tous. © Nasa, Fred Bruenjes

Sciences

Étoile filante

DéfinitionClassé sous :Univers , météorite , météorites

L'expression « étoile filante » est trompeuse. Il ne s'agit pas d'étoiles qui filent mais de grains de poussière pénétrant la haute atmosphère de la Terre à des vitesses comprises entre, environ, 30 et 70 km/s. L'échauffement provoqué par le frottement dans l'air arrache alors les électrons des atomes : c'est une ionisation. Elle se traduit par une brillante et très brève traînée de lumière qui zèbre le ciel.

L'origine de ces corpuscules, dont beaucoup sont aussi gros qu'un grain de riz, est principalement cométaire. Quand notre planète, sur sa trajectoire autour du Soleil, croise les multiples filons de poussière que les comètes ont laissés dans leurs sillages, les météores pleuvent par centaines chaque heure. On parle alors d'essaim météoritique mais le terme le plus souvent utilisé est « pluie d’étoiles filantes ».

Pluies et tempêtes d’étoiles filantes

Ces pluies sont périodiques et plus ou moins importantes d'une année à l'autre, selon la densité du courant de poussière. La plus célèbre de toutes, dite des Perséides (du nom de la constellation où se situe son radiant), se produit chaque année autour du 12 août. Notez qu'il n'est pas le seul à être remarquable. D'autres, comme les Léonides en novembre, peuvent être très spectaculaires. En 1833 et 1966 par exemple, le flux de météores dépassèrent, respectivement, 150.000 et 200.000 par heure ! Dans ces cas, on parle de tempête d'étoiles filantes.

Nonobstant les essaims annuels, il est possible d'observer en moyenne, selon les statistiques, une étoile filante par heure. Bien entendu, il convient de les guetter dans un environnement où la pollution lumineuse est très faible. Les plus brillantes et longues sont des bolides. Les plus volumineux de ces météores peuvent atteindre le sol.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.