Santé

Physiologie végétale : Le gigantisme n'a pas que des avantages

ActualitéClassé sous :vie , séquoia , Eau

Dans les forêts du Nord de la Californie, les séquoias rivalisent d'altitude, à la recherche du soleil. Mais cette course vers le ciel a son revers. Bien que disposant d'eau en quantité, ces géants ne sont en effet pas mieux lotis à leur cime qu'un arbuste en plein désert !

Crédits : Pacific Island Travel B.V

George Koch, de l'Université du Nord de l'Arizona, et ses collègues ont grimpé en haut de cinq Sequoias sempervirens du Humboldt Redwoods State Park (Californie), classés parmi les huit plus grands végétaux connus au monde.

Les mesures qu'ils y ont effectuées montrent que les quatre plus importants indicateurs de croissance des arbres (l'écoulement de l'eau, la densité des feuilles, la photosynthèse et la concentration en dioxyde de carbone) atteignent tous des niveaux minimums au sommet.

Entretenir une grande quantité de biomasse aussi loin du sol pose d'énormes problèmes mécaniques.
L'équipe a ainsi estimé qu'il faut plus de 24 jours pour que l'eau traverse - contre la gravité - la distance qui sépare la base du tronc d'un séquoia de son point le plus élevé.
Et c'est pourquoi il est impossible pour un arbre, selon les chercheurs, de dépasser une hauteur de 122 à 130 mètres.