La Cleveland Clinic avait commencé à sélectionner des candidates pour une greffe de l’utérus à la fin de 2015 dans le cadre d’un essai clinique. © kupicoo, Istock.com

Santé

Première greffe d’utérus aux États-Unis

ActualitéClassé sous :médecine , utérus , greffe

AFP WASHINGTON

La Cleveland Clinic, un centre hospitalier de l’Ohio, a effectué une première greffe d’utérus aux États-Unis, sur une jeune femme. C'est la deuxième opération de ce genre après celle, réussie, de l’université médicale de Gothenburg, en Suède, en 2013. D'autres devraient suivre en Europe.

Au lendemain d'une intervention qui a duré 9 heures, l'état de la jeune patiente de 26 ans, dont l'identité n'a pas été révélée, était jugé « stable ». L'utérus greffé provient d'une donneuse décédée, a indiqué le centre hospitalier dans un communiqué du jeudi 25 février 2016, sans fournir d'autres précisions et ajoutant qu'une conférence de presse serait organisée la semaine prochaine à Cleveland avec l'équipe médicale.

La Cleveland Clinic avait commencé à sélectionner des candidates pour une greffe de l’utérus à la fin de 2015 dans le cadre d'un essai clinique approuvé par le conseil du centre hospitalier visant à offrir cette procédure à dix femmes.

Celles susceptibles de bénéficier d'une telle greffe souffrent d'une forme irréversible d'infertilité qui affecte 3 à 5 % des femmes dans le monde, précise l'établissement. Un des problèmes de cette greffe est principalement le rejet d'organe pendant la grossesse.

La première greffe d’utérus a été réalisée en 2013 en Suède. © pirke, shutterstock.com

D’autres pays emboitent le pas de la Suéde

En 2013, l'université médicale suédoise de Gothenburg a été la première au monde à effectuer avec succès une telle greffe, qui a permis à la patiente de donner naissance à un enfant en septembre 2014. L'équipe suédoise a réalisé, en tout, neuf greffes de l’utérus qui ont donné cinq grossesses et quatre naissances, indiquait en novembre 2015 la Cleveland Clinic.

En juin 2015, l'Académie française de médecine s'était déclarée favorable à la poursuite d'un programme de recherche sur la transplantation d'utérus, alors que deux équipes françaises sont sur les rangs pour expérimenter cette intervention risquée et pleine d'incertitudes.

En septembre 2015, un groupe de chercheurs britanniques avait obtenu le feu vert des autorités du pays pour lancer dès cette année le tout premier essai clinique de greffe d'utérus au Royaume-Uni. Il devrait concerner dix femmes.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.