Santé

Lutte contre le paludisme : un sérieux besoin en financements

ActualitéClassé sous :médecine , paludisme , Journée mondiale de lutte contre le paludisme

En cette Journée mondiale de lutte contre le paludisme, il n'y a qu'un seul mot d'ordre : « investir dans l'avenir ». Les efforts de ces dernières années ont fini par donner des résultats, mais il faut les poursuivre pour continuer à faire reculer cette maladie parasitaire.

Le paludisme est causé par un parasite unicellulaire du genre Plasmodium, que l'on peut voir à l'image. Chaque année, il tue encore 600.000 personnes dans le monde et en affecte 219 millions. Or, les moyens manquent pour l'éradiquer. © Hilary Hurd, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Ce jeudi 25 avril se tient la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. Une affection toujours aussi meurtrière. En 2012, plus de 600.000 décès ont été rapportés dans le monde. Dans la majorité des cas, il s'agissait d'enfants de moins de cinq ans vivant en Afrique subsaharienne. Si de nombreux progrès ont été réalisés ces dernières années, le manque de moyens financiers risque de briser les efforts entrepris. Le thème de la Journée se veut d'ailleurs très explicite : « Investir dans l'avenir ».

Le paludisme est une maladie qui peut être contractée à tout âge. Elle est transmise par les piqûres de moustiques infectés par des parasites de l'espèce Plasmodium. Il existe quatre types de paludisme humain, mais P. falciparum est de loin le plus mortel.

Le moustique Anopheles stephensi, ici avec l'abdomen empli de sang, est l'un des vecteurs du paludisme. Certains aspects de la lutte contre la maladie visent à éliminer cet insecte. © Hugh Sturrock, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Poursuivre les investissements contre le paludisme

Le plus souvent, les symptômes du paludisme ne sont autres qu'une fièvre, des maux de tête, des frissons et des vomissements, qui peuvent d'abord être confondus avec un état grippal. Ils apparaissent 10 à 15 jours après l'infection. En l'absence de traitements, le paludisme peut évoluer rapidement vers une forme grave, souvent mortelle. Au total, selon le rapport mondial sur le paludisme de 2012, on estime que 219 millions de cas surviennent chaque année dans le monde.

Des progrès majeurs ont été accomplis au cours des dix dernières années. Depuis l'an 2000, le taux de mortalité de la maladie a chuté de 25 %. « L'intensification des mesures de lutte antivectorielle, accompagnée d'un meilleur accès aux tests diagnostiques et à des traitements de qualité, a été la clé de cette évolution », indique l'OMS.

Aujourd'hui, Fatoumata Nafo-Traoré, directrice du partenariat Faire reculer le paludisme s'inquiète du manque de fonds disponible pour mener à bien la lutte. « La récente crise économique mondiale a été à l'origine d'une baisse des financements qui menace d'inverser les résultats. » C'est pourquoi elle lance un appel aux investissements pour faire avancer le combat contre le paludisme : chaque année, 5 milliards de dollars sont en effet nécessaires pour mener à bien des programmes de lutte. Or, pour l'année 2013, le déficit s'élève déjà à 3,6 milliards de dollars.