Le cerveau des personnes âgées adopte de nouvelles stratégies pour mobiliser la mémoire. © Julim6, Pixabay

Santé

Mémoire : le cerveau adopte de nouvelles stratégies en vieillissant

ActualitéClassé sous :cerveau , personnes âgées , mémoire

Les connexions fonctionnelles entre les régions du cerveau évoluent au cours de la vie. Pour accomplir des tâches liées à la mémoire, un cerveau âgé utilise davantage de petits groupes de connexions cérébrales .

Le cerveau des personnes âgées procède-t-il de la même façon qu'un cerveau jeune lorsqu'il fait travailler sa mémoire ? Pour le savoir, des chercheurs de l'université de Californie (Santa Barbara) et de Princeton se sont intéressés à la dynamique des connexions du cerveau au cours de la vie. Ils ont utilisé l'IRM fonctionnelle, une technique qui met en évidence les interactions, ou connexions fonctionnelles, entre des régions du cerveau. Ces travaux sont présentés dans Plos Computational Biology.

Les chercheurs ont enregistré ainsi l'activité du cerveau de personnes en bonne santé pendant qu'elles accomplissaient des tâches mobilisant leur mémoire ou nécessitant de l'attention. Pour chacune, l'IRM fonctionnelle a permis de reconstruire un réseau des régions cérébrales et de leurs connexions fonctionnelles.

La dynamique des connexions fonctionnelles évolue au cours du temps

Le nombre de groupes de connexions variait d'un individu à l'autre, mais, pour les tâches mobilisant la mémoire, les variations entre les personnes étaient liées à l'âge. Les participants les plus jeunes avaient peu de groupes de connexions synchrones, mais de grande taille ; ces connexions reliaient la majeure partie du cerveau dans une activité coordonnée. Chez les participants âgés, les groupes de connexions devenaient plus petits mais plus nombreux : il y avait une perte de cohésion dans l'activité cérébrale, même en l'absence de problèmes de mémoire. Pour compenser la perte de synchronisation du cerveau, les personnes âgées utiliseraient donc de nouvelles stratégies pour faire appel à leur mémoire de manière efficace.

Les connexions fonctionnelles entre régions du cerveau représentent donc un réseau qui évolue au cours de la vie, tout en restant efficace, comme l'explique Kimberly Schlesinger, un des auteurs de ces travaux, dans un communiqué« Nous avons constaté que la façon dont notre cerveau organise ses communications change à mesure que nous vieillissons. Même si nous avons vu différents modèles d'activité cérébrale chez les personnes âgées, nous n'avons pas vu de changements dans les performances de la mémoire. »

Un implant révolutionnaire pour éviter la maladie d’Alzheimer  La maladie d’Alzheimer attaque progressivement les neurones, provoquant tout d’abord des troubles de la mémoire jusqu’à la perte des fonctions autonomes puis la mort. Des chercheurs de l’EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne), en Suisse, ont développé une capsule qui pourrait protéger les neurones et enrayer la maladie. Voici son fonctionnement présenté en vidéo.