Mots-clés |
  • Astronomie,
  • soleil,
  • Solar Dynamics Observatory,
  • Nasa,
  • plasma

En vidéo : spectaculaires arches de feu et pluie coronale sur le Soleil

L’observatoire solaire Solar Dynamics Observatory (SDO) a brillamment terminé sa troisième année d’étude du Soleil. La Nasa a mis en ligne récemment de superbes vidéos avec des images ayant marqué l’année 2012. On voit en particulier celle de la formation d’une boucle coronale impressionnante, donnant lieu à ce qu’on appelle une pluie coronale.

Une spectaculaire éruption solaire vue le 31 décembre 2012 par SDO. Notez la taille de la Terre (Relative size of Earth). La mission de SDO pourrait durer plus de cinq ans. © Nasa Une spectaculaire éruption solaire vue le 31 décembre 2012 par SDO. Notez la taille de la Terre (Relative size of Earth). La mission de SDO pourrait durer plus de cinq ans. © Nasa

En vidéo : spectaculaires arches de feu et pluie coronale sur le Soleil - 1 Photo

PDF

Solar Dynamics Observatory (SDO) est un satellite lancé par la Nasa le 11 février 2010. Il tourne autour de la Terre sur la fameuse orbite de Clarke (l’orbite géostationnaire autour de l’équateur), il est donc en rotation géosynchrone. Sa mission est de permettre de mieux comprendre comment et pourquoi le champ magnétique du Soleil change et comment cela affecte l’activité de l'astre.

Vers une météorologie solaire et spatiale

À terme, on espère que cela contribuera à l’établissement d’une véritable météorologie spatiale qui nous permettra de mieux protéger notre civilisation technologique et ses satellites des colères du Soleil. On devrait aussi mieux comprendre les relations entre notre étoile et le climat de notre planète.


Cette vidéo montre des images du Soleil prises pendant l'année 2012 par SDO. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître, si ce n'est pas déjà le cas. En passant simplement la souris sur le rectangle, vous devriez voir l'expression « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français », puis cliquez sur « OK ». © Nasa

Les données fournies par SDO auraient certainement ravi Evry Schatzman s’il était encore avec nous. Mais pour ceux qui ne sont pas astrophysiciens solaires, l’émotion devant la beauté des images impressionnantes d’éruptions solaires avec des éjections de masse coronale ou des boucles coronales est bien réelle. Cela fait trois ans maintenant que SDO nous régale avec des photos et des vidéos magnifiques. La mission est prévue pour durer cinq ans, mais elle pourrait bien être prolongée.

Des tubes de plasma à 50.000 K

L’une des plus extraordinaires vidéos mises en ligne par la Nasa (voir ci-dessous) montre ce qu’on appelle une pluie coronale. Elle a été filmée dans le domaine des ultraviolets et commence par la formation d’une boucle coronale clairement identifiable. Les premières boucles de ce genre ont été découvertes en 1946 et en 1952 grâce aux instruments embarqués à bord des fusées Aerobee, de petites fusées-sondes suborbitales (8 m) non guidées utilisées pour la recherche sur la haute atmosphère et les radiations cosmiques aux États-Unis. Elles ont servi à faire des mesures concernant les rayons ultraviolets et les émissions Lyman alpha du Soleil.


Cette vidéo est composée d'images prises toutes les 12 secondes par le Solar Dynamics Observatory, SDO, le 19 juillet 2012. Il y a 30 images par seconde, donc chaque seconde dans cette vidéo correspond à six minutes de temps réel. Elle montre la formation d'une pluie coronale. Notez à un moment la présence de la Terre (Earth) pour donner l'échelle. Le son que l'on entend n'est bien sûr pas réel. © Nasa ; musique : « Coup de foudre », de Lars Leonhard

Les boucles coronales apparaissent lorsque des lignes de champ magnétique s’élèvent dans la couronne solaire en formant des tubes de plasma. Souvent, les bases de ces boucles sont associées à des taches solaires. Ce plasma affiche des températures dépassant les 6.000 K et pouvant même atteindre le million de kelvins. Dans l’impressionnante boucle capable d’engloutir la Terre que montre la seconde vidéo de SDO, la température est de l’ordre de 50.000 K. Les émissions qui en résultent se retrouvent alors dans l’ultraviolet extrême.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires