Mots-clés |
  • Astronautique,
  • Nasa,
  • soleil

En bref : le satellite solaire Iris livre ses premiers clichés

Le Soleil compte un nouvel observateur pour l’étudier. Après Soho, Trace, Stereo, Hinode ou encore SDO, et en attendant l’européen Solar Orbiter, Iris ne sera pas de trop pour comprendre son fonctionnement. Ce satellite de la Nasa, lancé en juin, va se focaliser sur la photosphère pour comprendre comment se font les transferts d'énergie entre celle-ci et la couronne solaire.

Seulement quelques jours après l'ouverture de son télescope, le satellite Iris a photographié avec un niveau de précision inédit l'activité du Soleil dans la basse atmosphère. © Nasa Seulement quelques jours après l'ouverture de son télescope, le satellite Iris a photographié avec un niveau de précision inédit l'activité du Soleil dans la basse atmosphère. © Nasa

En bref : le satellite solaire Iris livre ses premiers clichés - 2 Photos

PDF

Le télescope spatial Iris, lancé le 27 juin, conçu et construit par Lockheed Martin pour la Nasa, a réalisé ses premières images et spectres de la basse atmosphère du Soleil. Comme le souligne Alan Title du laboratoire d’étude du Soleil et d’astrophysique de Lockheed Martin et principal investigateur (PI) de la mission, la « qualité des images et des spectres que nous recevons d'Iris est incroyable. C'est exactement ce que nous espérions ». Et d’ajouter, « il y a encore beaucoup de travail à faire pour comprendre ce que nous voyons, mais la qualité des données nous permettra de le faire ». Selon la Nasa, la qualité des images et des spectres reçus d'Iris est étonnante. Les images montrent des détails sans précédent d'une région qui avait été jusqu'alors peu observée. Elles dévoilent une multitude de structures fines, comme des fibrilles qui révèlent d'énormes contrastes de densité et de température.

Pendant au moins deux ans, Iris va scruter la basse atmosphère (la région d'interface) où se produisent des phénomènes clés mal connus de l'activité solaire. On voit ici une image prise par l'observatoire solaire Soho.
Pendant au moins deux ans, Iris va scruter la basse atmosphère (la région d'interface) où se produisent des phénomènes clés mal connus de l'activité solaire. On voit ici une image prise par l'observatoire solaire Soho. © Soho, Esa-Nasa Science team

Ce nouvel instrument d’observation du Soleil a pour objectif de comprendre pourquoi la couronne du Soleil est beaucoup plus chaude que sa surface visible, contrairement à ce que l’on pourrait penser. En effet, de 5.500 °C en moyenne à la surface, la température est comprise entre 3.700 °C et 7.800 °C dans la chromosphère, la première couche de l’atmosphère solaire, et peut grimper jusqu’à plus de 2 millions de degrés dans la couronne.

Équipé d'un télescope de 200 mm de diamètre fonctionnant dans l’ultraviolet, ce satellite devrait également nous éclairer sur l’origine des tempêtes solaires. En retraçant le flux d'énergie et de plasma à travers la région d'interface – entre la surface solaire et la couronne solaire – où la plupart des émissions UV sont générées, les données Iris aideront certainement les scientifiques à mieux étudier et modéliser cette région mal comprise. « Avec Iris, nous avons maintenant une occasion unique d’obtenir des informations manquantes dans notre compréhension du cycle du transport de l'énergie sur le Soleil », conclut Alan Title.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires