Mots-clés |
  • aéronautique,
  • Cygnus,
  • accès à l'espace,
  • Thales Alenia Space,
  • Utilisation de l'espace,
  • station spatiale internationale,
  • Orbital Sciences,
  • privatisation de l'espace,
  • Nasa,
  • esa,
  • agence spatiale européenne,
  • cargo spatial,
  • ravitaillement de l'ISS

En image : la fabrication du futur cargo spatial Cygnus

La privatisation de l’espace se poursuit. Après les succès de SpaceX, c’est au tour d’Orbital Sciences d’apparaître sur le devant de la scène avec son système de transport spatial, composé du lanceur Antares et du cargo Cygnus. Conçu pour ravitailler la Station spatiale, ce cargo est développé en coopération avec Thales Alenia Space, qui vient de livrer le module pressurisé de l'engin pour une démonstration en septembre.

Dans l'usine turinoise de Thales Alenia Space, on s'affaire autour des modules pressurisés de Cygnus. Au centre, un module standard et, à droite, la version améliorée qui permet d'emporter une charge utile plus importante. © Rémy Decourt Dans l'usine turinoise de Thales Alenia Space, on s'affaire autour des modules pressurisés de Cygnus. Au centre, un module standard et, à droite, la version améliorée qui permet d'emporter une charge utile plus importante. © Rémy Decourt

En image : la fabrication du futur cargo spatial Cygnus - 4 Photos

PDF

Thales Alenia Space, qui participe au développement du Cygnus, un nouveau cargo spatial pour ravitailler la Station spatiale, aux côtés de son maître d’œuvre Orbital Sciences, vient de livrer le deuxième module pressurisé de l’engin. Le module a quitté l’usine turinoise de l’industriel pour rejoindre le site de lancement de la Nasa à Wallops, en Virginie. Il sera intégré par Orbital Sciences au module de service, formant ainsi le vaisseau Cygnus et le préparant en vue de sa première opérationnelle, avant le second semestre de 2014.

À gauche, la matière première à partir de laquelle sont construits les modules pressurisés du Cygnus (image du milieu). À droite, on distingue l'ossature longitudinale des modules.
À gauche, la matière première à partir de laquelle sont construits les modules pressurisés du Cygnus (image du milieu). À droite, on distingue l'ossature longitudinale des modules. © Rémy Decourt

Mission de démonstration de Cygnus en septembre

Après un premier vol d’essai réussi destiné à tester le lanceur Antares en avril 2013, Orbital Sciences s’apprête à confirmer que son système de lancement est capable de ravitailler l’ISS en toute sécurité. Cette mission de démonstration est prévue le 14 septembre prochain, avec le lancement d’un véritable cargo spatial Cygnus, et non d’une maquette comme lors du premier vol.

Cette date de lancement est susceptible d’évoluer. Elle dépend du succès du lancement de la sonde lunaire Ladee, également opérée par Orbital Sciences, et du trafic vers la Station spatiale, très dense. Les contrôleurs au sol doivent répartir et gérer les créneaux de lancement entre les cargos spatiaux ATV, HTV, Progress et Dragon, en parallèle des transferts d’équipage effectués à bord des capsules Soyouz.

Vérification par rayons X des soudures, et installation du câblage électrique du module pressurisé du cargo Cygnus.
Vérification par rayons X des soudures, et installation du câblage électrique du module pressurisé du cargo Cygnus. © Rémy Decourt

Pour Thales Alenia Space, ce contrat avec une société américaine a cela d’intéressant qu’il ouvre des opportunités de travail significatives avec la Nasa. Rappelons que l’industriel européen fournit à lui seul plus de 50 % des modules pressurisés de la partie occidentale de la Station spatiale internationale. Thales Alenia Space a également été choisi pour participer au développement du module de service du véhicule spatial Orion-MPCV de la Nasa, et fournira le module pressurisé pour la version habitée de l’avion suborbital Soar.

L'intérieur du deuxième module pressurisé du Cygnus et son sas d'entrée. À droite, gros plan sur les biellettes qui permettent de relier le module au module de service construit par Orbital Sciences.
L'intérieur du deuxième module pressurisé du Cygnus et son sas d'entrée. À droite, gros plan sur les biellettes qui permettent de relier le module au module de service construit par Orbital Sciences. © Rémy Decourt

Cygnus et les autres cargos pour l’ISS

Enfin, la décision des cinq chefs des agences spatiales partenaires de la Station spatiale (États-Unis, Russie, Europe, Japon et Canada) de prolonger la durée de vie de l’ISS jusqu’en 2020, voire 2025, va nécessiter la commande de nouveaux cargos spatiaux pour la ravitailler.

Et les besoins seront énormes. En effet, la Station vieillit, et de nombreux systèmes et composants sont à remplacer ces prochaines années. De plus, l’Agence spatiale européenne lancera en 2014 le dernier des cinq ATV, les cargos spatiaux de l’Europe. Or, à chaque lancement, ce cargo apporte près de sept tonnes de fret à l’ISS. Un tonnage à comparer aux quelque 600 kg du Dragon de SpaceX, aux deux tonnes d’un Cygnus standard et aux 2,7 tonnes maximales pour la version améliorée du cargo d’Orbital Sciences.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires