L’effet yeux rouges se produit lorsque la lumière du flash d’un appareil photo vient frapper le fond de l’œil. © PeterPan23, Wikipedia, DP

Sciences

Pourquoi a-t-on les yeux rouges sur les photos ?

Question/RéponseClassé sous :physique , yeux rouges , rétine

Se découvrir les yeux rouges comme ceux d'un lapin albinos sur une photo souvenir, ce n'est jamais très agréable. C'est pourtant le résultat d'un phénomène physique tout à fait naturel, mais qui peut être évité grâce à de petites astuces.

Pour comprendre le phénomène des yeux rouges, il faut s'intéresser à l'anatomie de l’œil. C'est dans le fond de l'œil, sur la rétine, que se situent les capteurs de lumière - mais aussi de formes et de couleurs - qui nous permettent de voir. Pour arriver au fond de l'œil, la lumière passe par la pupille. Plus il fait sombre, plus la pupille s'ouvre, se dilate pour permettre la vision, malgré l'obscurité.

Le flash et la couleur rouge des vaisseaux sanguins

Si quelqu'un nous prend en photo alors que la luminosité ambiante est faible, le flash se déclenche. La lumière qu'il émet pénètre alors dans les yeux par une pupille largement dilatée. La soudaineté du flash, une fraction de seconde, ne laisse pas le temps à la pupille de s'adapter à cet afflux de lumière.

C'est toute la rétine qui se trouve éclairée. Or, cette membrane est particulièrement vascularisée. C'est donc la couleur rouge de ces vaisseaux sanguins qui est responsable du fameux « effet yeux rouges ».

Photo : comment éviter l’effet yeux rouges ?

Certains appareils photo sont équipés d'un dispositif dit « anti-yeux rouges ». Ils produisent, avant la prise de vue, un ou plusieurs flashes lumineux destinés à provoquer la rétractation de la pupille. De quoi diminuer la quantité de lumière qui pénètrera dans l'œil au moment de la prise de vue.

Aujourd'hui, avec la photo numérique, il existe également de nombreux logiciels qui permettent de corriger les yeux rouges après coup.

Kezako : peut-on vraiment faire confiance à nos yeux ?  L’œil humain peut différencier près de huit millions de nuances de couleurs. Pourtant, cet organe si avancé ne donne que peu d’informations à notre cortex pour créer une image. Alors que se passe-t-il exactement lorsque nous voyons ? Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent, avec le programme Kézako, le fonctionnement de ce surprenant organe.