Mots-clés |
  • robotique,
  • conscience,
  • Nasa

En vidéo : le robot et la conscience de soi

C'est un étonnant robot qu'ont mis au point Hod Lipson, Victor Zykov et Josh Bongard, des universités de Cornell et du Vermont. Cette créature à quatre pattes est en effet capable de réagir à la mise hors service d'un de ses membres et de trouver un nouveau moyen de se déplacer en contournant son handicap.

PDF

Le robot ne connaît pas sa propre structure”, est-il expliqué sur le site. “Il se sait constitué de 8 moteurs et 8 pièces, mais il ne sait pas comment ces éléments sont organisés. Il pourrait former un serpent, une étoile, un arbre, une machine à cinq pattes, ou incarner n'importe quelle autre possibilité au sein d'un très large éventail (plus d'un milliard de combinaisons)”.

À partir des “sensations” obtenues par des capteurs situés aux articulations, le robot construit non pas un modèle de son propre corps, mais plusieurs, en compétition les uns avec les autres. Puis il confronte ses “théories” à son expérience passée et les teste dans la réalité, en expérimentant différents comportements, jusqu'à ce qu'il puisse adopter la meilleure représentation disponible. Lorsqu'un accident survient, il relance le processus afin de sélectionner un nouveau modèle en accord avec son état.

L'ensemble de la procédure est démontré de manière très explicite dans une vidéo tout à fait fascinante. Sur le plan pratique, une telle prouesse est révolutionnaire. Elle permet enfin d'imaginer des robots capables d'une relative autonomie et qui ne sombrent pas bêtement dans le coma à la moindre petite panne.

Selon Josh Bongard, “une telle recherche est essentielle pour la NASA qui souhaite continuer à utiliser des robots pour ses missions spatiales. Des robots situés sur d'autres planètes doivent être capables de continuer leur mission sans intervention humaine au cas où ils seraient endommagés et dans l'impossibilité de communiquer leur problème à la Terre. Notre robot est capable de détecter - sans caméra - que quelque chose va mal et d'apprendre à continuer à marcher en dépit du dommage causé”.

Mais les applications pratiques ne sont pas les aspects les plus vertigineux de cette expérience. Le robot construit, nous dit-on, un modèle interne de son propre corps : ne serait-ce pas un tout petit peu les débuts de la conscience de soi, par hasard ? Hod Lipson, l'un des concepteurs, se montre prudent à cet égard : “Je ne pense pas qu'il s'agisse réellement de conscience de soi, ce qui impliquerait un robot pensant à lui même en train de penser. Mais c'est une étape dans cette direction, qui se situe à peu près au niveau du chat”.

Par Rémi Sussan


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires