Mots-clés |
  • robotique,
  • médecine,
  • génome

Des robots pour éviter les tests sur les animaux

Robotiser les essais de toxicité de nouvelles molécules sur des cellules permettrait sans doute de minimiser le recours aux tests sur les animaux. Le gain de temps serait considérable. Des milliers de substances pourraient être testées... par jour. L'idée est à l'étude, et mobilise de gros moyens, mais c'est un ensemble de techniques et une méthode complète qu'il reste à mettre au point.

Un système robotisé utilisé pour l'étude du génome. © NHGRI Un système robotisé utilisé pour l'étude du génome. © NHGRI

Des robots pour éviter les tests sur les animaux - 1 Photo

PDF

Aux Etats-Unis un programme de recherche de cinq ans vient d'être lancé pour mettre au point des tests robotisés capables d'évaluer la toxicité de molécules destinées à devenir des médicaments, des produits cosmétiques ou des pesticides. Le principe est simple et double : utiliser des cellules en culture plutôt que des animaux et automatiser complètement les essais de toxicité. Ces deux idées ne sont pas nouvelles. Pour des raisons éthiques mais surtout financières, les industriels cherchent à réduire les essais sur les animaux, qui sont coûteux et toujours très longs.

L'utilisation de cellules en culture est une possibilité car c'est finalement à cette échelle que se mesure la toxicité d'une substance chimique et il devient possible d'effectuer le test directement sur des cellules humaines. De plus, le recours à ces cultures permet d'imaginer des systèmes robotisés voire miniaturisés. Mais pour l'instant, rien ne remplace les essais sur les animaux car les méthodes alternatives doivent d'abord faire leurs preuves...

Mille par jour au lieu de cent par an

Le programme qui vient de démarrer tentera de mettre au point des procédures complètes et fiabilisées. Ses grandes lignes ont été présentées dans la revue Science ainsi qu'au congrès annuel de l'AAAS (American Association for the Advancement of Science), où ont été faites plusieurs communications intéressantes. Il mobilisera plusieurs organismes de recherche réunis par le NIH (National Institutes of Health) et l'EPA (Environmental Protection Agency).

« Plutôt que de prendre un animal comme modèle de départ, observons des cellules de différents organes de différents animaux face à différentes concentrations » a résumé Francis S. Collins (National Human Genome Research Institute) au congrès de l'AAAS. Selon lui, un système robotisé pourrait tester des miliers voire des centaines de milliers de molécules par jour. Ce rendement serait astronomiquement supérieur à la méthode du test animal avec laquelle on est heureux d'atteindre une centaine de tests dans l'année.

On est encore loin de méthodes techniquement au point et officiellement avalisées. Il faudra à coup sûr, expliquent en substance les chercheurs, attendre plusieurs années avant d'obtenir des procédés utilisables en routine.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires