Planète

Revivez 4.000 ans d'histoire des barrages hydrauliques

VidéoClassé sous :énergie renouvelable , Barrage , barrage hydraulique

Les barrages font appel à de hautes technologies... depuis des milliers d'années. Les premières grandes sociétés agricoles, entre le Tigre et l'Euphrate, cherchaient déjà à régulariser l'irrigation. Dans cette vidéo, une machine à voyager dans le temps nous embarque en Mésopotamie à l'époque de Sumer et accélère vers le futur, jusqu'aux drones-surveillants d'aujourd'hui.

Il y a 4.000 ans, dans la région de Sumer, entre le Tigre et l'Euphrate, au sud de la Mésopotamie, une société agricole bien organisée construisait les premiers (?) barrages pour bien irriguer des plaines sans relief, en cela propices aux cultures, mais n'offrant qu'un sol pauvre. En Égypte, les cultivateurs étendaient et entretenaient les terres fertilisées par le Nil grâce à des canaux d'irrigation. À n'en point douter, ces ouvrages hydrauliques faisaient partie des hautes technologies de l'époque.

Avec ses aqueducs, ses égouts et ses thermes, la civilisation romaine a poussé loin la technique de transport de l'eau. Le site de Glanum, à Saint-Rémy-de-Provence, est considéré comme le premier barrage-voûte connu. La forme courbe de ces ouvrages appuie sur les rives, de sorte d'y reporter la force due à la pression de l'eau. Dans la Gaule devenue France, il faudra attendre 1854 pour revoir un barrage-voûte. La courbure peut être double, donc aussi dans le plan vertical pour mieux s'appuyer sur le fond. Ce sera le cas du barrage de Marèges (Dordogne) en 1935.

Les technologies de l’hydraulique continuent de progresser

Au dix-neuvième siècle, l'invention de turbines efficaces permet de profiter de chutes d'eau plus variées, hautes, à faible débit... Ces mécanismes commenceront alors à servir à produire de l'électricité. En France, les ouvrages hydroélectriques fleuriront après la mise en route de l'usine d'Argentière, et ses 30 MW, et connaîtront un essor considérable après la Première Guerre mondiale, avec l'apparition du béton.

Les techniques, dans tous les domaines, n'ont cessé de progresser. La vidéo montre le pendule d'auscultation, dont les oscillations, continûment mesurées, signaleront une déformation anormale d'un barrage. L'usine marémotrice de la Rance, ouverte en 1966, a inauguré l'exploitation de l'énergie des marées, avec ses 240 MW. L'informatique et même les drones ont apporté depuis des évolutions nombreuses pour mieux gérer et contrôler ces ouvrages souvent géants, toujours à la pointe des techniques. Sans oublier les « touches de piano »...