Expert Planète

Damien Jayat

Médiateur scientifique

Classé sous :zoologie , biologie , éthologie
La science est une activité très sérieuse dont il est fondamental de parler (aussi) avec dérision ! Merci à Futura-Sciences pour maintenir cette pratique au plus haut niveau... avec sérieux bien sûr."
Damien Jayat, Médiateur scientifique

Biographie

Jusqu'au bac, rien de passionnant si ce n'est une expérience en théâtre amateur qui ouvrira une voie parallèle à mon parcours sérieux, celui que l'école nous montre du doigt dès la maternelle. Les deux chemins se sont aujourd'hui rejoints, comme quoi l'expérience en valait la peine.

Bac en poche, je file à l'INSA, une école d'ingénieurs à Toulouse. Spécialité biochimie. J'y continue le théâtre : la scène procure des émotions qui complètent bien les cours sur les espaces quadratiques et les orbitales atomiques. Cinq ans après je poursuis par une thèse à l'INRA de Nantes, en biochimie encore.

En parallèle ? Cette fois j'écris : un livre de vulgarisation scientifique teinté d'humour. Après le doctorat je continue dans un labo du CEA, près d'Aix en Provence. Dans l'espoir de devenir chercheur, mais la seule chose que j'aie trouvée c'est que je n'étais pas fait pour ça. Exit définitivement les labos.

Suivent trois ans d'enseignement, en soutien scolaire et en lycée. Je publie mes premiers articles de vulgarisation sur le site Rue89 et mon premier livre, Homo sapiens, drôle d'espèce ! (Ed. Les 2 Encres). Je mets les pieds dans une nouvelle vie pour laquelle je reviens à Toulouse en 2008.

Trois ans chez Délires d'encre, une association de médiation scientifique qui me permet de compléter mes expériences en vulgarisation. Le contact direct avec le public non initié, jeune ou adulte, ça forge le moral !

Les soirs et week-ends, je prépare un 2ème livre : Les animaux ont-ils une culture ?, qui sort chez EDP Sciences en juin 2010. Je propose aussi des conférences et des formations à la médiation scientifique, pour des étudiants. Dans les deux cas, toujours l'impression de me mettre sur scène et d'y prendre un plaisir fou.

Alors en 2011 je saute le pas et j'écris, non plus des articles ou des livres, mais un spectacle d'humour sur fond scientifique : Einstein, l'amour et la pizza. Avec plein de science dedans et autant de rire que possible.

Aujourd'hui, je mène de front ces multiples actions de médiation, qui toutes ensemble font le plaisir quotidien. Représentations du spectacle, formations, conférences et écriture. Car les animaux ont une culture, les humains aussi, et c'est le plaisir de propager un bout de cette culture qui me fait lever de bon pied chaque matin. C'est l'essentiel, non ?

Découvrir mon blog.

Métier

- Vous êtes ?
- Médiateur scientifique...
- Ah... (patientez environ 5,8 secondes)... et ça consiste en quoi ?

On y est. Toujours la même réponse. Suivie parfois de : « médiateur scientifique, c'est comme Jamy et Fred à la télé ? »

Oui. Entre autres. Avant on appelait ça la « vulgarisation scientifique », maintenant on dit « médiation scientifique ». Moins moche. Pas plus parlant, mais moins moche. Et surtout plus pro, car s'il n'existait pas de formation à la vulgarisation, pour la médiation cela existe désormais. Entre licences et masters, stages et modules optionnels, la démarche prend peu à peu.

Médiateur scientifique, c'est aussi chacun comme il peut, selon ses compétences et ses envies. La question restant la même : comment parler simplement de science, même à ceux qui en ont peur, et surtout à ceux qui ont très envie de comprendre et qui n'écoutent pas ceux qui leur disent qu'ils n'y arriveront jamais ?

C'est ce que je fais de mes journées. En gros.

J'écris. Pour le plaisir. Pour l'exercice de style. Pour le partage de ce que je sais ou crois comprendre avec ceux qui, quand ils veulent, prennent le temps de lire. Pour le lien permanent avec le « terrain » : celui des labos et des bureaux où la recherche s'organise. Derrière une table, stylo à la main et feuille blanche. Toujours à la main pour commencer. Puis devant (ou derrière ?) mon PC pour échanger avec les collègues et peaufiner les textes.

Je fais des conférences. Pour le plaisir. Pour échanger, les yeux dans les yeux, avec ceux qui me font l'honneur de venir écouter. Pour débattre, raconter mon avis et recevoir celui des autres. Construire petit à petit des connaissances plus approfondies, plus riches, pour eux et pour moi. C'est long à préparer, une conférence ! Entre les recherches d'informations, l'organisation du discours et la préparation des images... Des dizaines d'heures de travail. Mais dans le plaisir. Et en cherchant toujours à s'améliorer.

Je fais des spectacles. Pour le plaisir. Et là, pas beaucoup d'autres arguments ! Le plaisir de faire rire, et celui d'entendre rire. Plaisir incomparable... Dans un amphi de fac ou un café-théâtre, ce n'est pas le même public. Et ce ne sont pas les mêmes rires. Mais il y en a toujours. Ouf !

J'anime des formations. Pour le plaisir. Celui de transmettre aux autres, étudiants pour la plupart, le peu que j'ai déjà appris. Pour réfléchir à mes propres actes, car pour bien expliquer quelque chose il est indispensable de comprendre comment et pourquoi on la fait soi-même. Pour ciseler ma pédagogie et mes explications, ouvrir mon esprit pour mieux comprendre celui des autres, échanger, partager, débattre. Interaction le plus possible. Et dans la joie ! Car la science est à la fois drôle et triste, sérieuse mais qu'on ne doit pas toujours prendre au sérieux. Car ce n'est que de la science...

Vous l'aurez compris, les maîtres mots du médiateur, ce sont : sérieux, partage, science et plaisir. Et on recommence chaque matin...