Sciences

Cérès : découvrez la planète naine à 360°

VidéoClassé sous :planète naine , planète naine Cérès , Dawn

La planète naine la plus proche de nous, Cérès, arbore une multitude de taches blanches à sa surface. Survolez au plus près, dans cette vidéo à 360°, la plus brillante de toutes, étalée au centre du jeune cratère Occator, de 92 km de diamètre.

Dans cette vidéo à 360° (*) de la Nasa, nous effleurons la surface accidentée de la planète naine Cérès (plus gros corps de la Ceinture principale d'astéroïdes). La vidéo nous emmène sur l'étrange cratère Occator, et ses mystérieues taches brillantes, particulièrement brillantes, découvertes par la sonde Dawn en 2015, et qui avaient surpris tout le monde. De quoi se composent-elles ?

Les scientifiques ont réalisé qu'en dehors de la Terre, nulle part ailleurs dans le Système solaire ne s'observait une aussi forte concentration de minéraux carbonatés. Le plus abondant est le carbonate de Il ne proviendrait pas de l'astéroïde qui a créé, il y a quelque 80 millions d'années, ce cratère de 92 km de diamètre et profond de 4 km, mais des entrailles même de Cérès.

Les origines des mystérieux points brillants de Cérès

Comment tout ce matériau est-il arrivé là ? L'impact a pu y jouer un rôle mais, ajoutent-ils, un processus interne a aussi pu les conduire vers la surface. « Les minéraux trouvés dans la zone lumineuse centrale d'Occator nécessitent une altération par l'eau, avait alors déclaré l'auteure principale Maria Cristina De Sanctis, en charge du spectromètre infrarouge et visible de la sonde. Les carbonates soutiennent l'idée que Cérès avait une activité hydrothermale interne qui a poussé ces matériaux vers la surface à Occator. »

Les vidéos à 360° sont lisibles sans problèmes sur un ordinateur avec les navigateurs Chrome, Firefox, Internet Explorer et Opera. Le résultat est encore plus sensationnel si la vidéo est jouée sur un smartphone ou une tablette : ce que vous verrez dépendra de son orientation. Et si vous avez des lunettes ou casques de réalité virtuelle adaptés à un smartphone, c'est encore mieux.

© Nasa, JPL-Caltech, UCLA, MPS, DLR, IDA