Expert Sciences

Philippe Guillot

Maître de conférences : cryptologie

Classé sous :Mathématiques
L'humanité est confrontée à des défis toujours plus nombreux et cruciaux pour son avenir et attend l'élaboration de réponses efficaces. Les réponses scientifiques sont parfois source de nouveaux problèmes. Il suffit de penser aux questions environnementales et énergétiques ou aux technologies grâce auxquelles nous restons connectés les uns aux autres. Ces technologies facilitent certes notre quotidien mais autorisent aussi la surveillance de chacun de nos actes. Le simple récit d'une science purement émancipatrice apparaît aujourd'hui dépassé. Avec son approche originale conciliant rigueur et esthétique, Futura-Sciences sait rendre accessible à tous une culture plus que jamais nécessaire pour appréhender les défis auxquels la science doit répondre. C'est par sa diffusion au plus grand nombre que nous pourrons en toute connaissance en mesurer les véritables enjeux. Cette démarche ne peut être qu'encouragée.
Philippe Guillot, Maître de conférences : cryptologie

Biographie

- Études de mathématiques à l'Université Pierre et Marie Curie, et à l'Université de Rouen.

- Agrégation de Mathématiques en 1988.

- Doctorat en informatique, Université de Caen, en 1999.

- Ingénieur d'études en cryptologie à Thomson-CSF à partir de 1990.

- Chef du laboratoire de cryptologie de l'entreprise Thales jusqu'en 2001.

- De 2001 à 2003, responsable du pôle sécurité à Canal-Plus Technologies.

- Depuis 2003, maître de conférences à l'Université Paris 8, en charge des cours de cryptologie, d'histoire de la cryptologie et d'algorithmes algébriques dans le master Mathématiques Fondamentales et Protection de l'Information (MFPI).

Métier

Le métier de chercheur porte en lui quelque chose de passionnant. Travailler sur un savoir en cours d'élaboration apporte une grande satisfaction. La recherche est toujours accompagnée de découvertes, plus ou moins importantes selon le cas, et le moment où on se trouve en face d'une nouveauté apporte unimmense plaisir.  La recherche se fait la plupart du temps seul. Le temps passé devant l'ordinateur est assez important pour rédiger un article, ou écrire unprogramme qui va valider ou infirmer une idée. Il est important aussi de participer à des séminaires, où d'autres chercheurs présentent leurs travaux. C'estsouvent à ces occasions, lors de discussions impromptues, que viennent les idées nouvelles.

Il n'existe pas vraiment de journée type. L'agenda peut contenir des rendez-vous avec des collègues  qui veulent présenter un problème qu'ils ont à résoudre,pour se faire aider. Une fois de temps en temps, il y a une participation à un colloque international, qui est l'occasion de voir de visu ceux avec qui on aéchangé par courrier électronique sur un thème commun.

Un enseignant-chercheur a bien sûr une charge d'enseignement et d'organisation de l'enseignement qui l'occupe bien la moitié du temps. Les tâchesd'enseignement consistent à donner des cours et des travaux dirigés, mais aussi à proposer et encadrer des travaux d'étude.

Le rôle dans la formation des étudiants est aussi important. Les maquettes des diplômes sont élaborées en concertation avec l'ensemble des collègues. Le responsable du diplôme pilote l'élaboration des programmes et du cursus.

La profession entretient un lien étroit avec les entreprises. Les étudiants y effectuent des stages, et il faut s'assurer qu'ils se déroulent bien :

- que l'entreprise est satisfaite du stagiaire,

- que le stagiaire travaille dans des bonnes conditions.

Il faut aussi entretenir de bonnes relations avec l'entreprise pour qu'elle reprenne des stagiaires les années futures, et s'intéresser à ses besoins pour orienter la formation des étudiants si nécessaires.

Parfois, nous avons un contrat de recherche avec une entreprise sur un problème particulier qu'elle ne sait pas résoudre en interne.

Dans les entreprises, le travail de recherche est assez différent, davantage tourné vers les applications, même s'il faut quand-même aussi consacrer une partie du temps à la recherche fondamentale et à la formation sur l'état de l'art du domaine. La part du travail d'expertise auprès des autres métiers del'entreprise est importante. Il faut aider les développeurs, les commerciaux et les chefs à comprendre les enjeux techniques des produits de l'entreprise.

Une bonne partie du temps est consacrée à la rédaction de rapports et de présentations.