Santé

Interview 3/5 : qu'est-ce qu'un virus mutant ?

VidéoClassé sous :Santé , virus mutant , virus pandémique

Lors de sa réplication, un virus peut muter et devenir plus ou moins virulent pour l'Homme. Ces changements sont aléatoires et imprévisibles. Nous avons interviewé Jean-François Saluzzo, virologiste auprès de l'OMS, afin qu'il nous parle plus en détail de ces mutations et de leur impact sur la santé humaine.

Qu’est-ce qu’un virus mutant ?

Les virus ont deux types de structures : à ARN ou à ADN. La majorité des virus humains sont à ARN et se répliquent grâce à une enzyme. Celle-ci n'étant pas très fiable, elle va donc parfois commettre des erreurs lors de la copie des données génétiques. Contrairement à l'espèce humaine, un virus n'a pas la possibilité de corriger ces erreurs, donc elle restera dans le génome. Le taux d'erreurs se situe à 1 pour 10.000 à 100.000 réplications. Lorsque l'on étudie un virus, il faut comprendre que ce n'est pas une entité avec une structure figée mais qu'il mute en permanence.

Les virus mutants sont-ils les plus dangereux ?

On ne peut pas dire qu'il y ait des virus auxquels on puisse imputer un danger dû à une mutation spécifique. La virulence d'un virus est polygénique, c'est-à-dire que tous les gènes jouent un rôle. Ce n'est pas une simple mutation qui va influer sur ces paramètres. Il est possible que des mutations rendent un virus plus virulent ou bien l'atténuent. Les vaccins, par exemple, sont des virus mutés, ce qui rend l'agent infectieux atténué. En définitive, ces mutations étant imprévisibles, certains vaccins changent chaque année.

Quelles sont les armes de la médecine face aux virus ?

Le sujet est extrêmement complexe. Il existe trois solutions : les traitements, les antiviraux et les vaccins. Vis-à-vis des virus mutants, il faut adapter les vaccins tous les ans. A contrario, certains virus comme celui de la rage ou de la fièvre jaune sont toujours les mêmes depuis leur apparition. Le virus a certes évolué, mais le vaccin reste efficace. Dans ces conditions, il faut traiter les virus au cas par cas.