Mots-clés |
  • coeur

En bref : l’expérience Carmat devrait continuer malgré quatre décès

Si l’ANSM (l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) donne son accord, la société Carmat devrait bientôt lancer un essai clinique européen pour son cœur artificiel. L’étude de faisabilité, au cours de laquelle les quatre patients ayant reçu cet implant sont décédés, est terminée ; les résultats, basés sur le taux de survie à 30 jours, s’avèrent tout de même encourageants.

Le cœur de la société Carmat est entièrement artificiel. Lorsqu'il se déplace, le patient doit emporter avec lui une sacoche contenant un dispositif de 3 kg comprenant le boîtier de contrôle et des batteries. © Carmat Le cœur de la société Carmat est entièrement artificiel. Lorsqu'il se déplace, le patient doit emporter avec lui une sacoche contenant un dispositif de 3 kg comprenant le boîtier de contrôle et des batteries. © Carmat

En bref : l’expérience Carmat devrait continuer malgré quatre décès - 1 Photo
coeur-carmat 02

PDF

Les quatre décès font les gros titres mais cette aventure est pour l’heure un succès. La réussite du protocole était en effet évaluée selon le taux de survie à 30 jours de patients insuffisants cardiaques, tous sévèrement atteints. Le premier a vécu 74 jours, le deuxième neuf mois et le troisième huit mois. Quant au quatrième, il est décédé 26 jours après l'implantation.

Dans son ensemble, « le système cumule une expérience clinique de 21 mois de fonctionnement » (dixit Carmat) cependant l’ANSM (l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) peut demander à la société française de réaliser une nouvelle implantation afin d’obtenir un quatrième patient à au moins 30 jours de survie (et non 26), comme le prévoient les critères fixés dans l’étude de faisabilité. Avec ce dernier patient, l’équipe française semble avoir pris un risque, motivé par son jeune âge (58 ans). Il souffrait en effet, avant l’intervention, d’une « défaillance bi-ventriculaire sévère dont l’évolution avait nécessité la mise sous assistance circulatoire extracorporelle (ECLS) », est-il expliqué dans le communiqué de presse.

L’équipe médicale, comme les représentants de la société apparaissent toutefois confiants pour entamer la prochaine phase, à savoir une étude de phase III. Elle devrait être réalisée dans les mois qui viennent auprès de 20 à 50 patients, dans plusieurs pays européens. La France, donc, mais aussi l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne et encore l’Italie. Au cours des prochaines semaines, des équipes médicales seront d’ailleurs formées à cette intervention. L’enjeu est de taille. Il s’agit d’aboutir au marquage CE. Lequel ouvrira la porte à une commercialisation de ce cœur artificiel total, qui, rappelons-le, n'est pas un greffon sujet à rejet, comme les études exposées dans la vidéo qui suit cet article.

À découvrir en vidéo autour de ce sujet :


Chaque année plus de 5.000 personnes bénéficient d’une greffe d’organe en France. Ces patients sont soumis à un lourd traitement pour empêcher le rejet suite à leur opération. Découvrez en vidéo et grâce à Discovery Science une technique basée sur les cellules souches qui pourrait permettre de contrer ce problème.


À voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires