Tech

Layerlapse : Boston magnifiée par la nouvelle évolution du timelapse

VidéoClassé sous :technologie , Boston , photographie

Et Julian Tryba inventa le « layerlapse », prise de vue accélérée en couches... Comme un timelapse, l'animation est obtenue par une série d'images prises régulièrement durant une longue période sans bouger l'appareil. Mais ici, chacune est recomposée, construite à l'aide de portions extraites de plusieurs photographies enregistrées à des moments différents. Simple ? Non. Voici donc Boston comme on ne l'avait jamais vue.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Fixer un appareil photo ou, mieux, une caméra, devant un beau panorama (ou plusieurs). Programmer des prises de vue régulières le long du jour et de la nuit. Au lieu de présenter bêtement cette série de photographies dans l'ordre chronologique, comme dans un vulgaire timelapse, s'amuser à découper chacune en petits morceaux.

Faire de ces morceaux des calques (layers en anglais) et, à l'aide d'un bon logiciel, reconstruire les images une à une à la manière de puzzles, tout en respectant le panorama initial. Laisser aller son tempérament artistique. Par exemple, tel immeuble, au fil de l'animation, se colorera devant la montée du soleil à l'aube tandis qu'à ses pieds, le jardin public s'illuminera avec l'éclairage public et que les étoiles se lèveront sur la colline d'en face.

Le layerlapse, un exercice chronophage

Julian Tryba, alors ingénieur, s'est lancé dans ce genre d'exercice avec ce travail sur Boston. Il invoque « la relativité d'Einstein » pour commenter cette manipulation temporelle des images. Pour son premier « layerlapse », il a réuni 150.000 clichés, totalisant 6 To (6 To = 6 x 1.024 x 1.024 x 1.024 x 1.024 octets). Depuis, peut-être parce qu'un tel travail monumental est incompatible avec une occupation professionnelle standard, il a changé de métier et est devenu... photographe.

Il a alors pu s'attaquer à une autre ville, New York. Sur le site d'Alinia Media, il explique que l'opération lui a pris davantage de temps que l'animation de Boston. Au lieu de 30 couches par images, en effet, il dit en avoir exploité entre 100 et 300. La tâche n'est pas humaine et l'ancien ingénieur a créé un programme informatique pour traiter cette masse d'image. En tout, explique-t-il, il lui aura fallu 232.000 photographies, 352 heures de vidéo, 22 voyages à New York et 1.430 dollars (1.155 euros) en frais de stationnement pour sa voiture.

© Julian Tryba