Les smartphones émettent plus ou moins d’ondes selon les modèles. © Cliparéa.com, Adobe Stock

Tech

Comment connaître le DAS de son smartphone ?

Question/RéponseClassé sous :smartphone , DAS , exposition aux ondes électromagnétiques

Le débit d'absorption spécifique (DAS) mesure la quantité d'énergie des ondes électromagnétiques émises par le téléphone et absorbée par le corps humain. Cette valeur varie énormément selon les modèles, mais aussi selon les circonstances d'utilisation. Une application officielle permet de le mesurer.

Comme tous les appareils radioélectriques, les téléphones portables émettent des ondes électromagnétiques qui sont absorbées par le corps, exprimées en watt par kilo. Ce débit d'absorption spécifique, ou DAS, est calculé au niveau de la tête, pour un usage du téléphone à l'oreille en conversation vocale, et au niveau du tronc, lorsque le téléphone est porté sur soi, par exemple dans une poche de veste ou dans un sac.

Le DAS maximal est spécifique à chaque modèle de téléphone : un Huawei P30 affiche ainsi un DAS « tête » de 0,33 W/kg, un iPhone 11 de 0,95 W/kg et le OnePlus 5T de 1,68 W/kg. Plus la valeur est faible, moins vous êtes exposés aux ondes. Ce chiffre doit obligatoirement figurer sur les affiches publicitaires, la boîte et la notice technique de chaque smartphone ; cette information se retrouve facilement sur Internet.

L’interaction entre le téléphone et le réseau, facteur clé de la qualité d’ondes reçues

Le DAS varie aussi selon la qualité du signal. Lorsque ce dernier est suffisamment fort (ce qui correspond au nombre de barres sur le téléphone), le téléphone doit émettre moins d'ondes pour le capter. Le DAS réel émis est donc bien plus faible que le DAS maximal théorique. À l'inverse, lorsque l'antenne est éloignée ou que le signal est de mauvaise qualité, la puissance émise par le téléphone augmente et peut atteindre si besoin le DAS maximal. Enfin, la quantité d'ondes absorbée dépend de la durée d'utilisation.

L’application Open Barres éditée par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) donne le DAS du modèle de téléphone et géolocalise les antennes à proximité. © Capture écran Open Barres

Open Barres, une application gratuite pour mesurer le DAS en temps réel

L’application Open Barres, éditée par l'Agence nationale des fréquences (ANFR), permet d'afficher le débit d'absorption spécifique (DAS) maximal de son modèle de téléphone mobile avec les dernières mises à jour, mais aussi le DAS effectif en temps réel. Ce dernier est calculé en fonction de la distance des antennes et de la force du signal reçue à partir du réseau de votre opérateur mobile. Plus celle-ci est élevée, moins le téléphone aura besoin de fonctionner à son DAS maximum.

Autre atout : l'application permet de visualiser la force du signal de son opérateur sur un parcours donné (vert pour une bonne qualité de signal, orange et rouge pour un signal faible). L'utilisateur accède à une carte des antennes qui se trouvent autour de lui, avec l'opérateur associé et la technologie utilisée (2G, 3G, 4G et bientôt 5G). La puissance du signal est exprimée en dBm (décibels par milliwatt). Un bémol : Open Barres n'est disponible que sur Android et l'application semble souffrir de quelques dysfonctionnements.

Quel que soit le téléphone et les conditions réglementaires, une valeur limite réglementaire de 2 W/kg au niveau du tronc et de la tête a été imposée par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants, l'ICNIRP. Il s'agit d'un simple principe de précaution, aucune étude n'ayant prouvé la nocivité du téléphone portable ou un effet cancérigène des ondes électromagnétiques. Afin de limiter son exposition aux ondes, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande toutefois de privilégier les téléphones affichant les DAS les plus faibles et d'utiliser un kit mains libres lorsqu'on passe beaucoup de temps à passer des appels.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : les ondes électromagnétiques sont-elles dangereuses ?  Nous sommes perpétuellement exposés à des ondes électromagnétiques de provenances très diverses : lignes à haute tension, téléphones portables, Wi-Fi font partie des principales sources. Mais cette surexposition représente-t-elle un danger pour la santé ? Dans le cadre de sa série de vidéos Questions d’experts, sur la physique et l’astrophysique, l’éditeur De Boeck a interrogé Olivier Pujol, maître de conférences à l’université de Lille, sur cette possibilité.