Pourquoi le Bitcoin (BTC) est-il toujours si populaire ? © Tiko, Adobe Stock
Tech

Pourquoi le Bitcoin (BTC) est-il toujours si populaire ?

Question/RéponseClassé sous :Cryptomonnaies , BitCoin , blockchain
 

Bitcoin (BTC) est une cryptomonnaie qui existe depuis plus de 10 ans. Pourtant, il est toujours aussi populaire. Pourquoi ? Éléments de réponse.

Cela vous intéressera aussi

Nous sommes en 2009, après la crise financière qui a secoué le monde. Une information va bientôt susciter des vagues dans les recoins de la planète : la sortie du Bitcoin (BTC). Cette cryptomonnaie créée par Satoshi Nakamoto - on ne connait toujours pas la véritable identité de Satoshi - devient dès lors, la première monnaie électronique digne du nom. Plus d'une décennie après son lancement, elle continue de faire la course en tête des cryptomonnaies.

À quoi le Bitcoin (BTC), le doyen des actifs numériques, doit-il son succès ? Voici des raisons.

Bitcoin (BTC), l’actif pratique pour faire des transferts

Transférer de la monnaie fiat en recourant aux institutions financières classiques prend du temps et implique des frais de transaction relativement élevés. Ces frais augmentent davantage lorsque le montant à transférer est important. Le Bitcoin (BTC), lui, casse la tendance. En effet, il donne la possibilité à ses utilisateurs d'effectuer des transferts rapides dans le monde, tout en faisant des économies. Qui plus est, les transferts se font sans l'intermédiaire d'un tiers. Expliquons-nous.

Un utilisateur de BTC qui vit aux États-Unis souhaite faire un transfert vers un autre utilisateur qui vit, lui, en France. S'il envoie une faible quantité de BTC, l'opération peut être relativement coûteuse. À l'inverse, s'il envoie un montant important, l'opération lui revient moins chère. Par exemple, pour un transfert de 45 millions $, les frais de transaction ne sont que de 50 $ environ. Mais s'il s'agissait de la monnaie fiat, les frais de transaction seraient plus élevés.

L’absence d’intermédiaire

Le Bitcoin (BTC), comme les autres monnaies électroniques, est décentralisé. Cela signifie qu'il échappe au contrôle des institutions à l'instar des banques et des gouvernements. Ainsi, ses utilisateurs bénéficient d'une totale liberté qui reste inimaginable dans le système de la monnaie fiduciaire. Comment cela est-il possible ? Là encore, une explication s'impose.

Le BTC repose sur un réseau de chaînes de blocs - la blockchain - qui constitue une base de données publique. Elle regroupe les informations sur les transactions, et ces informations ne sont pas accessibles aux banques et aucun nœud du réseau ne peut bloquer d'autres utilisateurs.

Que faut-il en déduire ? Personne ne peut jamais vous empêcher de faire des transactions en Bitcoin (BTC). Cette cryptomonnaie est faite pour permettre « d'effectuer des paiements en ligne directement d'un tiers à un autre sans passer par une institution financière », comme l'a indiqué Satoshi Nakamoto dans le livre blanc du Bitcoin (BTC) publié le 31 octobre 2008.

La rareté du Bitcoin (BTC)

Par définition, le Bitcoin (BTC) est une cryptomonnaie rare. Son code source a un plafond de 21 millions de tokens. À la date de rédaction de cet article, environ 18,5 millions de BTC ont déjà été générés. Selon les analystes, le dernier BTC sera miné en 2140. Après cette année, plus aucun BTC n'existera.

Bitcoin (BTC) © bitcoin.it

Sur certains points, il est possible de comparer le BTC aux matières premières, car ces dernières sont aussi rares, du moins en théorie. En effet, dans les faits, chaque année, de nouveaux gisements de pétrole sont découverts. De même, les experts repèrent régulièrement de nouvelles sources pour extraire de l'or et de l'argent. Ces découvertes rendent difficile le calcul de la rareté réelle de ces matières. Mais le Bitcoin (BTC) ne souffre d'aucun de ces problèmes.

Le Bitcoin (BTC) offre un niveau de sécurité élevé

Chaque année, les pirates informatiques dévoilent de nouvelles techniques aussi efficaces les unes que les autres pour réussir à voler les institutions financières. À défaut d'organiser un braquage d'une banque, ils utilisent des logiciels pour pirater les réseaux des institutions.

À l'inverse, avec le Bitcoin (BTC), il n'est pas possible de mettre en œuvre une stratégie de braquage. Comme nous l'avons dit, il n'y a pas d'entité financière qui contrôle la cryptomonnaie. De plus, BTC est une monnaie électronique ; elle n'est pas physique comme la monnaie fiat.

Mais BTC est-il vulnérable aux attaques des pirates ? En réalité, non ! Pour qu'une attaque sérieuse soit vraiment lancée contre la blockchain Bitcoin (BTC), il faudrait que le pirate contrôle au moins 51 % de mineurs. Or, c'est impossible.

Que la blockchain Bitcoin (BTC) soit inviolable ne signifie pas pour autant que les investisseurs sont à l'abri de tout danger. Les criminels disposent d'une multitude de techniques pour obtenir leurs codes, et le phishing est l'une de leurs armes favorites. Pour l'éviter, plusieurs mesures peuvent être prises. Entre autres, il est recommandé de déplacer les pièces cryptées achetées vers un wallet crypté.

Un système de confiance au niveau de la blockchain

Des milliers de mineurs utilisent la blockchain Bitcoin (BTC). Il n'y a pas de formule abracadabrante pour faire collaborer toutes ces personnes dans un climat de confiance et de sérénité. Pour éviter que des informations imparfaites se glissent dans la blockchain, Satoshi Nakamoto a créé le système Proof of Work (Preuve de travail). 

Grâce à ce système, seuls les mineurs les plus rapides peuvent ajouter un bloc à la blockchain. En échange, ils reçoivent une récompense : du Bitcoin (BTC). Ce mode de fonctionnement permet de renforcer la confiance dans le code source de la cryptomonnaie. À noter que le mécanisme Proof of Work reste accessible au public, ce qui permet à tout le monde de contrôler s'il n'y a pas d'erreur dans la vérification des transactions.

Le Bitcoin (BTC) pour investir

Un bon produit d'investissement doit être durable, portable et rare. C'est le cas avec le Bitcoin (BTC). Il est aussi rare que des matières premières et les métaux précieux. De plus, il acquiert progressivement une réputation d'alternative à l'or et il est démocratique.

Le Bitcoin (BTC) est-il portable ? Absolument. En effet, il est basé sur un code blockchain numérique. Ainsi, il est accessible n'importe où du moment où l'utilisateur est connecté à Internet et qu'il dispose de ses clés privées.

Le Bitcoin (BTC) est-il accepté ? Bien qu'il soit adopté dans quelques pays - au Salvador, il est devenu une monnaie légale - il n'est pas encore entièrement accepté comme un moyen de paiement dans certaines régions. Néanmoins, des efforts sont fournis de part et d'autre pour que la doyenne des cryptomonnaies devienne un jour une monnaie respectée.

Le Bitcoin (BTC) en Afrique

Depuis quelques années, le BTC est devenu une monnaie numérique très utilisée en Afrique. Lentement, mais surement, il s'impose dans plusieurs pays du continent. Par exemple, au Nigeria, il représente 4,07 % des transactions (chiffre de 2018). Après le Nigeria, il y a l'Afrique du Sud et le Kenya, avec respectivement 1,55 % et 0,39 % des transferts. Selon Paxful, « les échanges de BTC sur le continent africain ont augmenté de 64 % en seulement un an ».

Les résultats de recherche sur le moteur Google constituent également des indices sur la popularité du Bitcoin (BTC) sur le continent. Au cours des 12 derniers mois, il y a eu plus de recherches sur le mot clé « Bitcoin » au Nigeria que dans les autres pays.

Bitcoin (BTC) est une cryptomonnaie dont la popularité ne cesse de croître, malgré ses plus de 10 ans. L'actif numérique s'impose sur plusieurs continents, dont l'Afrique, et s'infiltre dans les systèmes économiques. S'il est aussi populaire, c'est parce qu'il offre un niveau de sécurité optimal et qu'il permet de réaliser des transactions en toute simplicité.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !