Tech

Tout contenu peut-il devenir une vidéo ?

Dossier - Quand YouTube remplacera Google
DossierClassé sous :télécoms , youtube , Google

-

La facilité d’accès aux vidéos en ligne, incarnée par la plateforme de partage de vidéo YouTube, change profondément la société. YouTube est récemment devenu le second moteur de recherche du monde. Youtube finira-t-il par remplacer Google en terme de moteur de recherche ? Qu'en est-il de cette Génération Youtube ?

  
DossiersQuand YouTube remplacera Google
 

Dans ce monde où la recherche vidéo rattrape la recherche tout court, une question doit être à présent posée : tout contenu peut-il devenir une vidéo ? Chaque texte que nous produisons pour le net peut-il être transformé en vidéo ?

Les amoureux de l'écrit comme nous vous diront que ce n'est pas possible, que la vidéo ne concurrence pas l'écrit et ne s'y substitue pas. Néanmoins, on le voit bien déjà, le champ de la vidéo semble s'étendre toujours un peu plus. Après ce qui tenait naturellement de la vidéo (clip, pub, émissions de télé, interviews...), celle-ci arrive sur de nouveaux champs, comme le montrent par exemple ces vidéos de chercheurs qui rendent accessibles sous forme visuelle leurs résultats de recherches ou ces tutoriels en vidéo (sur un spectre grandissant de sujets) qui remplacent de plus en plus les communiqués de presse, les articles et les guides d'antan. Si le flux de la vidéo continue de progresser, pourrons-nous nous passer de transformer tout propos, tout communiqué de presse, toute information en vidéo ? Assurément pas et c'est d'ailleurs ce qui commence à se passer comme le montre les vidéos accompagnant le lancement de tout nouveau service ou de toute nouvelle start-up du web.

Alex Iskold n'est pas convaincu de cette transformation automatique. Pour lui, ce sont les hyperliens qui rendent le web possible. Or, s’il est désormais possible d’intégrer des liens dans les vidéos (exemple), force est de reconnaître que le support s'y prête mal, que le lien n'a pas la même clarté qu'un lien dans un texte. Mais est-ce un obstacle suffisant à la visibilité immédiate que promet l'image animée par rapport au texte ? Autre critique fréquente : la vidéo est moins facile à copier-coller. Le remixage demande plus de technicité, malgré l'existence d'outils toujours plus simples d'utilisation comme JumpCut, Rifftrax, ou d’autres. Mais là encore, notre utilisation accrue du support vidéo nous conduira certainement à être tous mieux à même de produire des contenus vidéos.

Autre objection courante : écouter une vidéo monopolise plus l’attention que parcourir un texte.

C'est une critique récurrente qui a été faite à l'encontre de tous les contenus au format vidéos, que ce soit les commentaires en vidéo de Seesmic aux CV en vidéo. Certes, la vidéo n'est pas une fin en soi. Malgré la justesse de ces critiques, que j'aurais tendance à partager ! D'ailleurs, je me demande si nous ne passons tout de même pas à côté de quelque chose. On le sait, ce n'est pas parce qu'elles ne sont pas pratiques, pas fluides, pas simples à utiliser que les gens ne font pas usage de certaines technologies. On peut dire que les commentaires vidéos ou les CV en vidéo ne sont pas une bonne option, raisonnablement, cela ne veut pas dire que la pratique ou la mode ne vont pas l'imposer : au moins parce qu'il n'y a pas que des arguments rationnels à utiliser ou pas un support. Les internautes qui échangent des commentaires en vidéo sur Seesmic ne le font pas avec une volonté d'optimisation de leur commentaire, mais parce que le mode de communication leur convient. Si nous ramenions toutes nos pratiques à l'utilitaire, il n'y a pas beaucoup de Twitter, de Facebook ou même de YouTube qui y résisteraient.