Tech

Des écrans à (nano) tubes

Dossier - Les écrans d'après-demain
DossierClassé sous :informatique , technologie , écran

-

Les écrans LCD et Plasma sont-ils déjà des vestiges du passé ? On peut le croire, en constatant l'engouement industriel pour de nouvelles générations d'écrans, aux qualités incomparables. Les écrans du futur n'ont pas fini de nous étonner.

  
DossiersLes écrans d'après-demain
 

Si OLED et ses dérivés semblent donc en mesure d'initier une révolution très attendue, d'autres pistes sont également envisagées, au premier rang desquelles figurent les nanotubes de carbone.

© Cigdem, Shutterstock

Les nanotubes de carbone (CNT) sont des molécules très particulières, en forme de grillage enroulé sur lui-même dont tous les points sont des atomes de carbone, d'un diamètre de l'ordre du millionième de millimètre. Les scientifiques ne cessent d'en découvrir les propriétés extraordinaires. Qu'il s'agisse de matériaux nouveaux ou d'électronique, les CNT conduiront très probablement à des avancées technologiques majeures dans les décennies à venir.

Pour ce qui concerne les écrans, les propriétés particulières des nanotubes permettent de poursuivre deux pistes d'innovation.

La première repose sur le constat - inexpliqué - qu'un CNT émet de la lumière lorsqu'il est soumis à un courant électrique (Cf. 01Net). Le procédé n'est donc pas très éloigné du principe d'OLED, d'autant que les nanotubes de carbone sont eux-mêmes organiques, par définition.

L'un des tout premiers écrans à nanotubes de carbone Applied Nanotech - 14″ (prototype ; lire ci-dessous)

Mais une autre possibilité, largement plus avancée, consiste à tirer partie des CNT en tant qu'émetteurs d'électrons. Le nanotube devient alors le coeur d'un minuscule "canon à électrons", nécessitant très peu d'énergie et permettant d'envisager des écrans ultra-plats et souples. Ce procédé, développé par exemple par la société française Inanov), s'apparente fortement à la technologie mise en oeuvre dans les bons vieux écrans dotés de tubes à vide. Mais l'échelle est bien différente. Plutôt que de reposer sur un gros tube unique, l'écran se composerait d'une multitude de micro-tubes en verre, enfermant eux-mêmes les nanotubes de carbone.