Le résultat d'une conversion par retrofit © Ian Motion
Tech

Retrofit

DéfinitionClassé sous :voiture électrique , Automobile

À l'heure où la voiture électrique est désignée comme l'une des principales solutions pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, saviez-vous que vous pouvez convertir le moteur thermique de votre véhicule en électrique. Baptisée retrofit, cette pratique est tout à fait légale et enchante déjà les adeptes de belles carrosseries.

Vous aviez peut-être précédemment bidouillé votre trottinette ou votre vélo pour les rendre électrique, sachez que vous pouvez désormais vous atteler à votre voiture ! Certes cela coûte un certain budget, mais cela permettra de donner une seconde vie à votre véhicule.

Le retrofit : pour qui ? pourquoi ?

Puisqu'il faut compter entre 10 000 et 15 000 euros pour convertir une voiture thermique en véhicule électrique, d'emblée, cette pratique ne s'adresse pas à tout le monde. Notons cependant que depuis juin 2020, dans le cadre du plan de transition écologique, le gouvernement a annoncé qu'une prime de 5000 euros pourrait être versée pour assurer cette conversion.

Si vous refusez de vous séparer de votre vielle Ford Mustang classique où si vous ne jurez que par votre Triumph Spitfire, le retrofit est peut-être la solution idéale pour assurer à votre véhicule un avenir long et serein.

Il existe en outre plusieurs types de véhicules bien spécifique produits à petite échelle donc le coût d'achat est élevé et qu'il pourrait être judicieux de convertir. C'est par exemple le cas des dépanneuses ou des véhicules d'aéroport

Le retrofit : une pratique légale

En avril 2020, le gouvernement a publié l'Arrêté du 13 mars 2020 au sein du journal officiel. Ce dernier encadre les pratiques relatives aux conditions de transformation des véhicules à motorisation thermique en motorisation électrique à batterie ou à pile à combustible.

La demande émane initialement de l'association AIRe (Acteurs de l'Industrie du Rétrofit électrique). Avec l'aide de plusieurs services de l'État (DGEC, CNRV et UTAC-CERAM), cette dernière avait déposé un projet d'arrêté auprès de la Commission européenne.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !