La blockchain au cœur du web3 ? © denisismagilov, Adobe Stock
Tech

Web3 : qu'est-ce que c'est ?

DéfinitionClassé sous :technologie , Internet , Web 3.0


 

Tout d'abord, il y a eu le web1, l'Internet que nous connaissons et aimons tous. Puis il y a eu le web2 généré par l'utilisateur, annoncé par l'arrivée des médias sociaux et blogs. Aujourd'hui, sur les réseaux sociaux, les gens parlent du web3 (ou web 3.0), le supposé prochain grand bond en avant de l'Internet. Mais de quoi s'agit-il exactement ? Web3 est actuellement en cours de réalisation et n'est pas encore exactement défini. Toutefois, le principe de base est qu'il sera décentralisé plutôt que contrôlé par les gouvernements et les entreprises comme c'est le cas de l'Internet actuel et, dans une certaine mesure, il sera lié au « métavers ».

Web3 et web sémantique

Pour éviter toute confusion, il convient de mentionner que, jusqu'à il y a quelques années, le terme « web 3.0 » était fréquemment utilisé pour décrire ce que l'on appelle désormais le « web sémantique ». Il s'agissait d'un concept proposé par le « père de l'Internet », Tim Berners-Lee, pour un Internet de machine à machine. Cependant, les concepts de Berners-Lee sont considérés comme faisant partie de ce que nous appelons aujourd'hui le web3, sans en être la totalité.

Web3, un web décentralisé 

Aujourd'hui, toute l'infrastructure des sites et des lieux de rencontre populaires sur lesquels nous passons du temps en ligne est généralement détenue par des sociétés et, dans une certaine mesure, contrôlée par des réglementations établies par les gouvernements. C'est parce que c'était la façon la plus simple de construire une infrastructure de réseau : quelqu'un paie pour installer des serveurs et y installer des logiciels auxquels les gens veulent accéder en ligne, puis les fait payer pour les utiliser ou les laisse les utiliser gratuitement, à condition que ses règles soient respectées. 

Aujourd'hui, il existe d'autres options, et en particulier la technologie blockchain. La blockchain est une méthode relativement nouvelle de stockage des données en ligne, qui s'articule autour de deux concepts fondamentaux : le chiffrement et le calcul distribué.

  • Le chiffrement signifie que les données stockées sur une blockchain ne peuvent être consultées que par les personnes qui en ont l'autorisation, même si elles sont stockées sur un ordinateur appartenant à quelqu'un d'autre, comme un gouvernement ou une entreprise.
  • Le calcul distribué signifie que le fichier est partagé entre de nombreux ordinateurs ou serveurs. Si une copie particulière du fichier ne correspond pas à toutes les autres copies, les données de ce fichier ne sont pas valables. Cela ajoute une autre couche de protection, ce qui signifie qu'aucune personne, autre que celle qui contrôle les données, ne peut y accéder ou les modifier sans l'autorisation de la personne qui les possède ou de l'ensemble du réseau distribué.

Ensemble, ces concepts signifient que les données peuvent être stockées de manière à ce qu'elles ne soient jamais sous le contrôle de la personne qui les possède, même si elles sont stockées sur un serveur appartenant à une société ou sous le contrôle d'une administration locale. Le propriétaire ou le gouvernement ne peut jamais accéder aux données ou les modifier sans les clés de chiffrement qui prouvent qu'il en est le propriétaire. Et même s'il ferme ou supprime son serveur, les données sont toujours accessibles sur l'un des nombreux autres ordinateurs sur lesquels elles sont stockées.

 Le métavers est la prochaine révolution du Web, et comme exemple, voici la pratique d'un jeu de société avec une autre personne dans le métavers tel que l'imagine Meta/Facebook. © Facebook

Le rôle du métavers dans le Web3

Le dernier concept important de web3 que nous devons aborder est le métavers. En ce qui concerne le web3, le terme « métavers » désigne la prochaine itération de la partie frontale du web (front-end) : l'interface utilisateur par laquelle nous interagissons avec le monde en ligne, communiquons avec d'autres utilisateurs et manipulons les données.

L'idée du métavers est qu'il s'agira d'une version beaucoup plus immersive, sociale et persistante de l'Internet que nous connaissons. Il utilisera des technologies telles que la réalité virtuelle et la réalité augmentée pour nous permettre d'interagir avec le domaine numérique de manière plus naturelle et immersive. Par exemple, en utilisant des mains virtuelles pour saisir et manipuler des objets, et nos voix pour donner des instructions aux machines ou parler à d'autres personnes.

À bien des égards, le métavers peut être considéré comme l'interface par laquelle les humains s'engageront dans les outils et les applications du web3. Il est possible de créer des applications web3 sans que le métavers soit impliqué : Bitcoin en est un exemple. La technologie et les expériences du métavers joueront un rôle important dans la manière dont beaucoup de ces applications interagiront avec nos vies.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !