La société Atari a été précurseur dans l'exploitation de terrains virtuels. Dès mai 2020, ce géant du jeu vidéo a jugé opportun d'acquérir un vaste terrain dans The Sandbox afin d'y proposer des versions de jeux à succès tels que Asteroids, Pong ou Roller Coaster Tycoon, une gestion de montagnes russes. © The Sandbox
Tech

Immobilier virtuel : qu'est-ce que c'est ?

DéfinitionClassé sous :Cryptomonnaies , NFT , immobilier

Qui aurait pu croire que certains dépenseraient des millions de dollars pour des terrains qui n'existent que dans des mondes virtuels ? Cette réalité existe pourtant bel et bien dans des métavers tels que Decentraland ou The Sandbox.

L'immobilier virtuel désigne l'achat, la vente ou l'exploitation d'un terrain sur un monde virtuel. Il s'agit d'un marché à part entière. Globalement, plus de 500 millions de dollars ont été dépensés sur des achats immobiliers durant l'année 2021 et en avril 2022, Insights estimait à 1 milliard de dollars les dépenses de ce type sur l'année.

Comment expliquer un tel engouement ? Du fait que de nombreuses entreprises estiment qu'il leur faut prendre pied le plus tôt possible sur un marché perçu comme gigantesque à terme. L'annonce de Mark Zuckerberg en octobre 2021 comme quoi Facebook – rebaptisée Meta au passage - allait développer son propre Metaverse a clairement accéléré le mouvement. Les métavers déjà existants tels que Decentraland, The Sandbox ont fortement profité d'une telle annonce. Plusieurs géants de leur domaine ont acheté d'immenses lots dans de tels mondes : Atari, Carrefour, Adidas, Snoop Dog... Ainsi, en décembre 2021, Adidas a déboursé l'équivalent de 1,7 million d'euros pour acquérir 144 parcelles dans The Sandbox. Fin novembre, Republic Realm (New York), avait déboursé 4,3 millions de dollars pour l'achat de 792 parcelles là encore, sur The Sandbox. Il s'agissait alors du plus important achat d'immobilier virtuel jamais effectué.

L’attrait de la Fashion Street de Decentraland

Le 23 novembre 2021, la société canadienne Tokens.com -- un site d'investisseurs dans les crypto-monnaies -- avait déjà lâché 2,4 millions de dollars pour acquérir une surface de 565 m2 sur Decentraland. Tokens.com a acquis ce terrain dans le quartier de Fashion Street et entend mettre cet espace à disposition des magasins virtuels de groupes de luxe.

Andrew Kiguel, P.-D.G. de Tokens.com affirme avoir agi en toute connaissance de cause : il a été durant 20 années banquier d'investissement dans le secteur de l'immobilier. À présent, il estime que les biens virtuels ont un potentiel analogue à ceux du monde réel. Selon lui, Fashion Street va devenir l'équivalent de la Ve avenue de New York. De fait, l'objectif d'une telle opération est de donner l'opportunité aux grandes marques de la mode de présenter leurs produits dans la Fashion Street. « Si je n'avais pas fait de recherches et compris qu'il s'agit de propriétés de grande valeur, ça paraîtrait complètement fou, explique Kiguel. Ce sont des lieux destinés à la publicité et à des événements où les gens vont se rassembler ».

Quelques semaines plus tôt, le Métavers Music Festival de Decentraland avait attiré 50.000 participants. Andrew Kiguel dit apprécier la technologie de blockchain liée à l'immobilier virtuel : « Je peux voir l'historique des propriétaires, ce que ça a coûté et comment un bien est passé d'une personne à une autre ».

Fin novembre 2021, Andrew Kiguel, le P.-D.G. de Tokens.com a fait sensation en déboursant 2,4 millions de dollars pour acquérir une vaste parcelle dans le quartier de la mode de Decentraland. © tokens.com

Comment choisir un bien virtuel à acquérir

Si l'univers des cryptomonnaies connaît parfois des hauts et des bas spectaculaires, celui de l'immobilier virtuel est relativement plus prévisible : les prix sont généralement à la hausse, les biens existants ont tendance à prendre de la valeur sur le long terme, les investisseurs sont de plus en plus nombreux. Il se trouve que l'immobilier virtuel fonctionne de la même manière que l'immobilier du monde réel, souvent jugé comme un investissement fiable. D'ailleurs, ce qui fait la valeur d'un bien virtuel est semblable à celle d'un bien de l'univers réel : sa rareté, son emplacement et bien évidemment aussi son immobilité.

Investir dans l'immobilier virtuel nécessite la même attention que dans le monde réel. Celui qui souhaite acquérir un appartement ou un immeuble se doit de bien s'informer sur le produit en question, quitte à requérir les services d'un courtier spécialisé. Il importe de prendre en compte l'environnement immédiat du terrain convoité :

  • s'agit-il d'une zone fortement fréquentée ?
  • quelles sont les opportunités de développement du quartier ?
  • quel est le prix des lots proches ?

La rentabilité dépendra également de l'exploitation qui sera effectuée du lieu virtuel en question -- par exemple un divertissement à même d'attirer de nombreux internautes. Elle dépendra aussi de l'adoption du métavers choisi au fil des mois et années. Si l'on a acquis un terrain dans Decentraland, The Sandbox ou Somnium Space et que, au fil du temps, ce métavers particulier n'avait plus la cote, le bien acquis verrait celle-ci se dévaluer.

Évidemment, l'avantage par rapport au monde réel est qu'il est aisé et ultra rapide d'acheter un terrain et que vous n'aurez jamais à payer de taxe foncière, de frais de copropriété, etc.

Il est possible de consulter le prix des parcelles de métavers sur le site NFT Stats. Ici, nous pouvons voir qu’en mai 2022, un bien présent dans la Fashion Street de Decentraland a été vendu pour l’équivalent de 69.000 dollars. Un autre bien, JCT Estate, a été acquis pour 182.000 dollars. © NFT Stats

Dans la pratique

Comment achète-t-on un tel bien ? Ils sont vendus sous la forme de NFTs qui, rappelons-le, sont des certificats de propriétés numériques infalsifiables. Il faut donc en premier lieu détenir un wallet (portefeuille) de cryptomonnaies tel que MetaMask ou Trust Wallet.

Par la suite, il faut repérer les terrains disponibles sur une carte détaillant les parcelles occupées et celles qui sont à vendre. Ainsi, sur la marketplace de The Sandbox, les parcelles libres apparaissent en vert. On peut cliquer sur l'une d'elles et cela nous redirige vers OpenSea où l'on peut l'acheter à l'aide de la cryptomonnaie correspondante. Sur Decentraland, la monnaie est le Mana, sur The Sandbox, il s'agit du Sand, etc. Une fois sur OpenSea, vous pouvez tout à fait proposer un prix inférieur à celui demandé, libre au propriétaire d'accepter ou rejeter l'offre.

Une fois que l'on a acquis une parcelle donnée, elle devient rouge sur la carte de The Sandbox afin d'indiquer qu'elle donc plus disponible à l'achat

Des parcelles de The Sandbox en vente sur OpenSea. Comme on peut le voir, une parcelle située à proximité du géant Binance, sur la gauche, a beaucoup plus de valeur que celle d’une parcelle située dans un lieu a priori moins fréquenté. © OpenSea

Comment exploiter son immobilier virtuel ?

Une fois que l'on a acquis un terrain, que peut-on en faire ?

  • Louer son espace à des entreprises

La parcelle que l'on a achetée peut être utilisée comme espace de coworking que l'on pourra louer à de entreprises pour des réunions d'affaires. Il faut bien comprendre que, tôt ou tard, toutes les parcelles d'un métavers tel que The Sandbox auront été acquises et donc, ceux qui veulent en profiter n'auront pas d'autre choix que de les louer.

Une réunion d’entreprise sur un métavers tel que l’envisage Facebook-Meta. © Meta
  • Créer une galerie d’exposition

À une époque où les NFTs ont le vent en poupe, il est possible de créer une galerie d'art virtuelle et de louer des espaces à des artistes désireux d'exposer leurs œuvres.

  • Créer un lieu de divertissement

On pourrait pareillement créer une salle de concert, un magasin, un lieu de jeu, de type casino, etc. Ainsi, en février 2022, l'équipe de Manchester City a établi un partenariat avec Sony afin de gérer un stade de football dans un métavers. Pour sa part, le rappeur Snoop Dog fait développer « Snoopverse » sur The Sandbox et cet espace sera orienté vers le gaming et le divertissement. La création de telles attractions est particulièrement favorisée sur Decentraland ou The Sandbox dans la mesure où nous avons là des environnements gérés par leurs utilisateurs : ces plateformes fournissent les outils pour bâtir et décorer les lieux et pour créer des jeux ou divertissements.

  • Faire de la publicité ou de la vente de vêtements

Au sein d’un métavers, les utilisateurs sont représentés par des avatars et donc, certains peuvent être tentés de briller par les vêtements ou accessoires qu'ils portent. Ils vont donc être tentés de visiter des boutiques présentant de tels NFTs ou encore être attirés par certaines publicités. D'ores et déjà, certains utilisateurs ont commencé à acheter des vêtements pour leurs avatars. Si la parcelle achetée se trouve proche d'un lieu à forte fréquentation, vous pouvez proposer de louer vos murs pour de l'affichage publicitaire.

  • Organiser des événements

Une façon de rentabiliser son investissement peut être d'organiser des évènements nécessitant d'acheter un ticket d'entrée : concert, conférence, match... On peut aussi organiser des concours ou des giveaway (distribution gratuite de tokens).

  • Vendre des accessoires de jeu vidéo

Si, au sein de votre parcelle, vous avez créé un jeu, vous pourriez vendre des NFTs d'éléments de ce jeu. Par exemple, des fioles d'énergie, des dons de magie, etc.

  • Investir

Certains auront un objectif plus terre à terre : réaliser des plus-values sur le long terme. Et donc, ils vont acheter des parcelles sur des métavers dans l'espoir de voir leur valeur exploser et qu'ils pourront alors revendre leur bien avec un bénéfice remarquable. Il est également possible de staker (immobiliser) ses tokens Sand, Mana ou autre, en espérant qu'ils vont prendre de la valeur.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] NFT : c’est quoi exactement ?  Les NFT ont révolutionné le marché de l’art, car ils permettent d'authentifier une oeuvre unique. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !